La Pie


Que fait donc cette pie, perchée sur un barbelé ? 
Elle se met au diapason d'un paysage de neige tout en blanc et noir, avec quelques reflets bleutés.
Elle se souvient d'une pie plus fameuse,  sur une autre barrière, en un autre hiver.
Elle entre en dialogue avec les deux jacasses que je vois depuis la fenêtre de l'Atelier, profiter du soleil perchées dans le tilleul.
Elle me parle d'une balade entre Chapelle-des-Bois et le Pré Poncet. 


La neige je pense, sur ce chemin-ci, n'a pas encore fondu que déjà je l'ai peinte, 
et emmagasinée (comme chaque chose que je peins) dans mes souvenirs.
Jeux d'échos et de mémoire, jeux de lumière, jeux de pigments.

Bonheur de la peinture. 
N'est-ce pas, mon cher Claude ?


Commentaires

  1. La pie, le détail qui fait toute la différence !

    RépondreSupprimer
  2. Toute cette neige que tu peins à merveille, quel régal pour les papilles ! Vraiment tu excelles...autant en météo qu'en ornitho ;)

    Marion Tricot Rayé

    RépondreSupprimer
  3. La Pie de Monsieur Claude est mon tableau préféré de lui.
    Mais j'irais bien me perdre avec la tienne dans ce paysage enneigé que tu réalises si bien.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire