jeudi 28 février 2019

Des nouvelles des oiseaux


Mésanges, pinsons, merles, tourterelles, chardonnerets... ils sont nombreux à fréquenter mon jardin.
 L'installation de diverses mangeoires et bassins  (les merles adorent prendre des bains de pied quand il fait froid, allez comprendre...) 
m'a permis de passer un hiver riche en spectacles à plumes !


J'en ai profité pour remplir un petit carnet accordéon dédié (je vous en ai déjà parlé ICI)
 dont la dernière pensionnaire est la ravissante mésange à longue queue (ci-dessus à gauche, car à droite c'est un moineau).
Deux d'entre elles, que j'ai baptisées Lucette et Nicole,  ont pris pension dans le quartier
 et font la fête aux boules de graisse accrochées aux branches du lilas.

 
• Voici la liste de mes observations sur les six derniers mois : 

merles, moineaux domestiques, mésanges bleues, mésanges charbonnières, mésanges à longue queue, pinsons des arbres, chardonnerets, rouge-gorge, pies, tourterelles turques, rouge-queue noir,  fauvettes à tête noire, gros-becs, rossignol des murailles, sitelle torchepot, verdiers. 

Soit seize espèces et je n'ai compté que celles qui se sont posées dans le jardin et dans le grand sapin du voisin. En survol, j'aurais dû rajouter hirondelles, martinets, corneilles et pigeons (bisets et ramiers), geais, ainsi que hérons et canards colverts (j'habite à proximité d'une petite rivière). 

Pas mal, pour un petit jardin de ville...

Et vous : quels oiseaux voyez-vous depuis votre fenêtre ? 

mardi 26 février 2019

vendredi 22 février 2019

Un pont merveilleux


Connaissez-vous le piégeage photographique ? j'avoue que pour ma part, j'en ignorais tout. C'est une découverte que ces appareils qui se déclenchent automatiquement (photo et /ou vidéo) quand ils enregistrent un mouvement. 
Jean Chevallier, éminent peintre naturaliste (les lecteurs de la Salamandre connaissent bien ses dessins) a installé un piège en cadrant un petit pont naturel, quelque part en Champagne. De son "tableau de chasse" 2018 il a tiré un merveilleux petit film de quelques minutes. 
Cliquez sur la vidéo (ou re-passez sur YouTube si vous n'arrivez pas à lire en direct, en cliquant sur le message qui s'affiche) et régalez-vous ! 

Voici le casting complet tel que dressé par l'auteur (dans l'ordre d'apparition) : chat sauvage, ragondin, rouge-gorge, grive musicienne, campagnol roussâtre, putois /grenouilles, colvert, couleuvre, colvert/cane et canetons, chat, renard, râle d'eau adulte et jeune, belette, martre, chat avec une jeune foulque en proie, râle immature, renard, milouin cane et canetons, chat en chasse, pic épeiche jeune, foulque immature/ragondin, corneille, héron/carpe, martre, chatte et chaton, toujours sauvages (felis silvestris), grenouille, tourterelle des bois, écureuil, martin-pêcheur, geai, renard, sanglier, mulot/ragondin, mulots grand et petit, campagnol et musaraigne, rat des moissons probablement, muscardin possible, surmulot, raton-laveur et blaireaux.

• pour découvrir le site de Jean Chevallier : cliquez ICI

peinture Jean Chevallier


mercredi 20 février 2019

Autant de carpes que de lapins pour un drôle de mariage !

 
Patrice de Dijon


Or donc, il s'agissait, pour ce huitième défi "Façon de parler", de marier demoiselle Carpe et sire Lapin.
C'est peu de dire que l'imagination va bon train. 
Je vous laisse juges  :

Serge de Dijon


Denise de Dijon


Jean-Claude de Saône-et-Loire

Emilie de Chagny (version 1)...

...et version 2 !
François de Dijon

Chantal B. de Loire-Atlantique

Gilles de Dijon

Marion de Gap

Marion Tricot Rayé

Claire

Odile d'Urcy

Mounia de Toulouse

Catherine de Haut

Corinne de Talence

Christine de Beaune

Virginie

Marie de Dijon

et  moi.

Où l'on voit que l'on prête au lapin beaucoup d'inventivité pour parvenir à ses fins conjugales ! 

Bravo à toutes et tous !
 Le prochain défi continue d'explorer le bestiaire mais change d'échelle : il s'agit, pour le dimanche soir  4 mars d'illustrer l'adage

 "Une mémoire d'éléphant".

J'ai hâte de voir ce que vous allez me concocter...




lundi 18 février 2019

La Pie


Que fait donc cette pie, perchée sur un barbelé ? 
Elle se met au diapason d'un paysage de neige tout en blanc et noir, avec quelques reflets bleutés.
Elle se souvient d'une pie plus fameuse,  sur une autre barrière, en un autre hiver.
Elle entre en dialogue avec les deux jacasses que je vois depuis la fenêtre de l'Atelier, profiter du soleil perchées dans le tilleul.
Elle me parle d'une balade entre Chapelle-des-Bois et le Pré Poncet. 


La neige je pense, sur ce chemin-ci, n'a pas encore fondu que déjà je l'ai peinte, 
et emmagasinée (comme chaque chose que je peins) dans mes souvenirs.
Jeux d'échos et de mémoire, jeux de lumière, jeux de pigments.

Bonheur de la peinture. 
N'est-ce pas, mon cher Claude ?


samedi 16 février 2019

Chemin de neige



Je continue mon jeu avec des pigments qui n'ont jamais appartenu à ma palette.

Une magnifique photographie d'un chemin de neige, rencontrée sur le blog Ruralité d'Oliver Bailleux
qui promène son appareil photo en Côte d'Or et notamment dans la jolie et secrète vallée de la Vingeanne, 
m'a donné une irrépressible envie de retrouver la granulation évoquée dans mon post précédent
Comment rendre cet effet de givre, cette quasi absence de couleur ? 

J'ai utilisé l'apatite bleue et l'hématite, deux pigments minéraux qui sont l'une des spécialités de la marque Daniel Smith. 
J'y ai associé un peu de noir de lune, composé, lui d'oxyde de fer et de noir de mars.


Et voici la photo d'Olivier Bailleux qui m'a inspirée. Je ne sais pas où elle a été prise, mais elle m'évoque des dizaines de promenades hivernales, avec le souffle qui fait de la buée et la neige qu crisse sous le pas.

Contrairement à ce que je prône en cours, je me suis très peu éloignée du sujet d'origine pour ma propre aquarelle. 
Elle me plaisait trop ainsi.
D'ailleurs, la photo se suffit peut-être à elle-même. 
Mais, aurais-je pensé ainsi, je n'aurais pas eu la joie de passer ces quatre heures à ma table
 et le coeur dans la neige.
 


jeudi 14 février 2019

Une histoire de pigments

En aquarelle, les pigments sont plus qu'un médium : ils sont les partenaires du peintre,
avec lesquels il s'agit d'entrer en discussion. Chacun a sa personnalité, ses manies, ses limites et son petit caractère. 
C'est d'ailleurs ce qui m'amuse par-dessus tout, je dois dire. 
Toute aquarelle est le résultat d'une négociation, plus ou moins bien menée, entre les pigments et vous !


Partant de ça, j'ai eu envie de jouer un peu. J'ai ressorti une aquarelle de neige réalisée en 2016 
avec des pigments Schmincke (Bleu de Paris, Terre d'ombre brûlée). 


Et je l'ai reprise avec des pigments de chez Daniel Smith : phtalo blue, lunar blue, lunar black.


La confrontation des deux me semble intéressante. 
Je regrette seulement d'avoir choisi un papier médiocre pour la deuxième version  
(un Fabriano et ses jolis gondolages, qui donnent à la photo une affreuse ombre grise dans le ciel à gauche...) 
alors que la première avait été réalisée sur mon cher papier Sennelier grain fin.

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?
Laquelle préférez-vous ?

mardi 12 février 2019

Drôle de stage !



Quelques images du stage "techniques créatives en aquarelle" de samedi dernier, consacré aux recherches d'effets, de textures et de cadrage.  
Il est parfois nécessaire de s'abstraire du résultat recherché pour se mettre à l'écoute des pigments :
 c'était le cas ce week-end. Nous avons sorti des placards l'alcool de fruit, le gesso, le gros sel, les éponges, 
de drôles de médiums de texture et même les grains de riz !


A chacun-e, maintenant, de réinjecter l'expérience acquise dans des productions peut-être plus.... orthodoxes. 

 Le prochain stage aura lieu le 16 mars et sera consacré à un sujet bien différent puisqu'il s'agira de peinture naturaliste ! 
Malheureusement (pour vous) il est déjà complet.

samedi 9 février 2019

Interdit aux chats


Un peu de bonne  humeur en ce samedi matin ? 
On la doit à David Zinn, street-artist qui utilise les reliefs et accidents de la rue 
pour mettre un peu de poésie dans nos existences... 


• Plus de détails et plus de (délicieuses) images : https://zinnart.com/
 

jeudi 7 février 2019

Des nouvelles de mon vieux navet !



Avec un peu de retard et beaucoup de précautions, j'ai mis la touche finale à mon navet, dont j'avais commencé le portrait dans l'atelier de Vincent Jeannerot (voir ICI). 

Bon : je ne suis pas entièrement satisfaite, mais il tient à peu près debout, et tandis que l'original achève de se flétrir dans mon tiroir à légumes, celui-ci tiendra longtemps, je pense... En tout cas, une aventure passionnante, que je renouvellerai avec plaisir (sans compter que c'est la première fois que j'achève une peinture en utilisant une loupe !)

Je ne résiste pas au plaisir de présenter ici quelques aquarelles du maître, Vincent Jeannerot. ÇA, c'est vraiment beau :