A l'heure anglaise


Il ne sera pas question ici de Brexit, mais d'un voyage effectué la semaine dernière dans la région de Londres en compagnie... de 56 élèves de 12 à 15 ans. Contrairement à ce qu'insinuent perfidement certains parents d'élèves, un voyage scolaire n'a pas grand chose à voir avec des vacances (ceci est ce que l'on appelle un euphémisme, à titre d'illustration, le premier "Madame, y'a Enzo qui vomit" a retenti vers 2h00 du matin, et ce n'était que le premier). Mais c'est l'occasion de partages exceptionnels, précieux, avec les jeunes dont on a la charge.


Tels, par exemple, que ces quelques instants volés, un stylo à la main,  ou au zoo, sous l'oeil aigu de  5e tout excités : "Madame, vous dessinez trop bien !". "Madame, pourquoi vous ne gommez pas vos traits ?" "Viens voir, y'a la prof qui dessine..." "Madame, vous me prêtez un crayon ?" "Madame, vous savez dessiner les pandas roux ?"


Une fois de plus constater que la pratique du carnet fait baisser les frontières et facilite les échanges. C'est vrai quand on part à l'aventure au fin fond de l'Afrique du Sud, c'est vrai quand explore, sac au dos, un pays dont on ne connaît pas la langue... et c'est vrai quand on est prof, et  que les élèves s'asseyent tranquillement à côté de vous et vous racontent leur vie. Tranquilles. En confiance.



Commentaires

  1. Je confirme, Madame, vous dessinez trop bien!
    Denise

    RépondreSupprimer
  2. Ces beaux dessins qui créent des liens, c'est réjouissant!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai vu vos sites. Premières visites. Et j'ai mis un de vos sites dans mes liens. Pour revenir plus facilement... Merveilleux dessins. Merci de vos partages.

    RépondreSupprimer
  4. Ah oui, le dessin qui, d'un coup de gomme magique, fait disparaitre les frontières...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire