dimanche 24 novembre 2013

Initiation à l'aquarelle pour des lycéens bourguignons



Aller travailler au lycée Stephen Liégeard à Brochon, tout près de Gevrey-Chambertin, c'est un peu se rendre à l'école à Poudlard avec Harry Potter - surtout un jour de neige. Je ne suis certainement pas la première à l'écrire, mais sommes-nous si nombreux à avoir donné un cours dans les cachots du château, à l'image du très mal-aimable professeur Rogue ?  

Une telle aventure est à mon programme pour quelques semaines, le temps de guider trente-six élèves de Seconde, dans un très beau projet : chargés, à l'initiative de leur professeur de Français, de départager les dix livres du "Prix Littéraire de Bourgogne des Lycéens et des apprentis", ils sont invités à s'initier à l'aquarelle afin d'illustrer chacun celui des livres qu'ils auront préféré. 
Jeudi, sous les voûtes de pierre en compagnie de la moitié des élèves, avait lieu la première de mes quatre interventions. 



Pigments capricieux, eau trop abondante, pinceaux récalcitrants, papier compliqué... Pas facile, l'aquarelle !  Mais je crois qu'à patauger ainsi dans l'alizarine et l'outremer, ils se sont pour la plupart bien amusés. Jeudi prochain, je recommence avec la deuxième moitié de la classe. Je vous tiendrai au courant...



10 commentaires:

  1. Te voilà démasquée, Minerva Mac Gonnavall !!!

    RépondreSupprimer
  2. ça donnerait presque envie de retourner à l'école, tellement c'est beau.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si toutes les écoles ressemblaient à ça... Et le cancre a de la chance : quand il regarde par la fenêtre (au-dessus du radiateur), il voit la côte de Nuits engourdie sous la neige. Sauf il a cours au cachot, remarque ! Là, il se fait virer de cours et reste dans le couloir avec les trolls...

      Supprimer
  3. Le portail fait peur !
    Heureusement la maitresse semble gentille.

    RépondreSupprimer
  4. Ahh, ces photos sont si belles. Quand je pense que pendant ce temps je j'étais moi aussi avec des étudiants, mais dans un cadre moins poétique et pour résoudre un problème de tomographie discrète. Je voyais par le fenêtre la neige qui fondait... comme neige au soleil. Dans cette demi-classe, la proportion filles / garçons est exactement l'inverse que dans mes cours :-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des situations cruelles dans l'existence, surtout pour un photographe. Et ceci malgré toute la discrétion dont sait faire preuve la tomographie...

      Supprimer
  5. La caresse du soleil sur la neige, c'est magnifique.
    Il n'y a pas que des situations pourries dans le statut de prof.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est au moment où justement, ce n'est pas un statut...

      Supprimer