vendredi 17 juin 2011

L'herbe du champ d'à côté

Etant en peinture assez dépourvue d'ego, je me plonge de temps à autre dans l'étude approfondie de la peinture d'un(e) autre aquarelliste afin de découvrir, explorer - et éventuellement intégrer - de nouvelles techniques et des couleurs différentes des miennes. 
Ce qui passe par la copie. 


Ici, travail sur une aquarelle de Jennifer Bowman (dont j'avais aimé les "cosmos", voir archive mars 2011) : "Rudbeckias rouges". Elle utilise notamment le vert de phtalo, pigment sur lequel j'avais beaucoup d'a priori. Mélangé à un bleu de Delft de chez Schmincke, il donne des résultats très intéressants, intenses et lumineux sans être trop criards.
Et en plus, ça m'a permis de découvrir ce que sont les rudbeckias.

2 commentaires:

  1. Je fais ça aussi et je suis d'accord, cela permet de sortir de notre zone de confort, et d'appréhender d'autres couleurs ou d'autres techniques ou d'autres styles ou effets de styles, en gros cela permet d'évoluer et d'avancer! On en intègre toujours une petite partie - enfin je l'espère! J'ai lu un jour un livre qui parlait des étudiants en art en Chine qui passaient 1 ou 2 années, je ne sais plus, à simplement copier les grands maîtres!

    RépondreSupprimer
  2. Ouiiii ! Et c'était le cas aussi des grands peintres européens.

    RépondreSupprimer