Quand le printemps va plus vite que moi

Dans le cadre de mon portrait en douze étapes du cerisier du jardin (douze étapes : douze mois), j'ai entrepris de peindre pour le mois de mars une branchette qu'un coup de vent avait cassée. Mais ce coquin de printemps me prend de vitesse : à peine ai-je finin de peindre les bourgeons juste teintés de vert, qu'ils se déploient et fleurissent. Et ma peinture est obsolète. 

 


 Quand je serai devenue un vrai peintre, c'est le rameau peint qui fleurira.

 

Commentaires

  1. :-)

    C'est tellement "criant de vérité" qu'on l'imagine bien
    fleurir sur la page, c'est vrai ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Si je pouvais, je t'enverrais un rameau du cerisier blanc en face de chez moi pour une autre variation, ses fleurs sont doublées de neige aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien figure-toi que le mien, ce matin, est pareil : tout neigeux !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire