vendredi 30 novembre 2018

Peindre, parfois c'est jouer


Jouer avec les couleurs, les ombres, les pigments. 
Décaler son regard. 
Tenter des expériences. 
Ne pas tout vouloir contrôler. 
Observer ce qui se passe...



C'est pour que les élèves n'oublient pas ceci que cette semaine, à l'Atelier, 
j'ai  proposé un exercice un peu particulier. Il s'agissait de réinterpréter une peinture de Catherine Rey en utilisant des pigments 
que l'on trouve chez Daniel Smith.
Moonglow, lunar violet, shadow violet, lunar black, lunar blue, undersea green, cascade green... :
des noms poétiques pour des pigments au comportement particulier. En effet, ils présentent à la fois une forte granulation 
et la particularité de se décomposer en plusieurs pigments sous l'effet de la dilution. 


Je ne sais pas si les résultats seront probants (certains sont très intéressants, je trouve)
 mais une chose est certaine : les élèves se sont bien amusés !


3 commentaires:

  1. I suspect you are a superb teacher!

    RépondreSupprimer
  2. Je possède tous les Daniel Smith cités (mis à part le cascade green), et je suis épatée par les différentes colorations que peuvent prendre ces peintures. La plus bluffante étant pour moi "moonglow", mais aussi "lunar blue" qui passe du turquoise au gris bleu en séchant !

    RépondreSupprimer
  3. Très jolis sujets ! ça donne envie de tester les pigments de chez Daniel Smith...

    RépondreSupprimer