Le chant

Avancer dans la lumière verte du petit matin, tandis que le bois vibre de l'appel des grands cerfs. Et notre coeur vibre aussi, et tout notre être. 

Marcher, longtemps, faire chanter les feuilles sous le pas. 

L'automne est là, les bêtes appellent. 

Se quitter soi-même, un peu. 

Dans la tiédeur d'un matin de septembre, se baigner de sauvage et d'étrange.

 

Commentaires

  1. A l'écoute du brame n'est ce pas ? Dommage qu'il faille se lever si tôt !
    Denise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le prix à payer, mais ça le vaut !
      Bonne journée, Denise.

      Supprimer
  2. Le brame du cerf....notre rêve accessible, j'en parlais justement hier. A programmer rapidement ! Le bain en septembre dans un lac entouré de vert me fait le même effet.
    Merci Anne pour cette immersion superbe, avec la délicatesse de tes mots et de tes photos.

    RépondreSupprimer
  3. Le brame, ce chant poignant ... je l'ai entendu une fois mais le soir, en forêt de Paimpont, un souvenir inoubliable autant par la marche silencieuse dans la nuit tombante que par les cris de chouettes et le brame du cerf. Merci de ton si joli texte

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire