dimanche 9 septembre 2018

Emotion et fatigue...


 ... mais beaucoup de soulagement, aussi : je viens d'emballer le dernier des quatre-vingt quinze (!) tableaux qui vont bientôt rejoindre les murs de La Galerie, espace Georges Brassens, à Talant, pour l'exposition Chemins Partagés dont je vous ai déjà parlé. L'occasion de revoir, ré-encadrer, retrouver parfois (j'ai été en chercher quelques-unes jusqu'en Ardèche et dans les Alpes) les plus belles aquarelles d'Hervé. Elles sont encore dans mon salon, mais bien au chaud sous leur papier-bulle, elles sont presque invisibles, comme endormies.


Et puis ma production aussi. L'exposition telle que je l'ai conçue propose autant de tableaux de l'un que de l'autre. Mes campagnes et mes champignons, mes arbres et mes ronces. Que retenir de dix ans de travail ? Quelles tendances puis-je voir se dessiner à faire ainsi retour ? Sur quel aspect porter le regard ?...


Presque dix ans de compagnonnage, de chemins parcourus ensemble ou séparément. De tableaux conçus dans la douceur d'un atelier que l'on partageait, où le regard de l'autre était le premier des critères. Et tout le reste : les obsessionnels essais de pigments, les débats animés sur les vertus comparées de la terre de Sienne naturelle et de l'ocre jaune, les esquisses sur le coin d'une table de bistrot, les carnets remplis à genoux dans l'herbe, à un arrêt de bus, au concert ou dans un aéroport, les griffonnages sous la tente les jours de pluie, des sujets ramassés dans le jardin ou ramenés du marché... Tout cela, j'ai la chance d'en porter souvenir, et de le partager bientôt avec vous. 
Dans la photo ci-dessus, une seule cagette, deux fruits, deux peintures et surtout deux peintres : nous reconnaissez-vous ?


Dire "nous" encore une fois. C'est un moment fort que ce retour, pour moi. Et puis ensuite, les aquarelles partiront. Celles d'Hervé surtout. 
Leur dire au revoir. Définitivement. 
J'aurai un mois pour le faire avec vous. 

16 commentaires:

  1. I do not have appropriate words-- other than to say it is good that you still share something...

    RépondreSupprimer
  2. Merci de nous faire partager ces moments précieux
    Merci à toi d'offrir vos œuvres symbole d'amour
    Amour de la vie , de la nature et des paysages qui nous entourent

    RépondreSupprimer
  3. C'est très beau ce partage… encore une fois. Bon courage

    RépondreSupprimer
  4. Partager fait se sentir moins seule, parfois.
    Merci de nous montrer, nous dire.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Partager, c est vivre. Depuis un an, je le vérifie chaque jour avec gratitude.
      Merci à toi, Colo.

      Supprimer
  5. Que rajouter de plus ? Rien, le texte était parfait, les mots justes, l'émotion palpable.
    Pour la peinture de la cagette, je dirai ta peinture au-dessus, et celle de Hervé dessous...

    RépondreSupprimer
  6. belle expo , et beau partage , merci à toi pour tous ces bons moments que tu transmets dans ta belle région .bien amicalement.Chantal de L.A

    RépondreSupprimer
  7. Que d'émotion! Cela donne le frisson. Bravo ma chère Anne. Bisous

    RépondreSupprimer
  8. Oh la la ! 95 tableaux ! mais c'est formidable ! une super exposition ! dommage que je ne pourrai pas voir ça mais je te souhaite un beau succes mais je n'en doute pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis impressionnée moi-même ! J'ai fait moitié moitié, mais ça reste très respectable...

      Supprimer
  9. Merci Anne pour ce beau partage, le reflet de votre amour . Partage de l'atelier, des chemins, une belle fusion semblable à celle des pigments sur le papier.

    RépondreSupprimer
  10. Non ' tu penseras encore et encore a 'nous'la page ne se tournera pas . elle se continuera sous une autre forme sans jamais il me semble exclure ce 'si unique et si personnel et fort 'Nous' c est dans le marbre!ma belle!si joliment et durablement GRAVE!ta elle histoire partagee

    RépondreSupprimer
  11. Un billet plein d'émotion. Merci de le partager de façon si simple.
    "Dire nous encore une fois" voici une petite phrase qui émeut beaucoup, mais le 'nous' n'a pas disparu avec lui.

    RépondreSupprimer