mardi 2 octobre 2012

Référence : Carl Larsson


 
Fils de cultivateurs, il a débuté comme retoucheur de photographies. Comme beaucoup d'aquarellistes évoqués ici, il a touché à l'huile avant de se convertir à l'aquarelle : le Suédois Carl Larsson (1853-1919) est l'un des peintres et illustrateurs les plus délicieux que je connaisse. Il faut lire à son propos le récit Sundborn ou les jours de lumière, de Philippe Delerm (Editions du Rocher, 1996), qui me l'a fait découvrir.

Formé à l'Académie Royale des Arts de Suède, c'est lors d'un séjour en France, près de Barbizon, qu'il découvre l'aquarelle.

 
Illustrateur, fresquiste, peintre académique, il se dit socialiste. C'est pourtant comme chantre d'un certain mode de vie scandinave proche de la bourgeoisie qu'il va connaître la postérité.
Dans la communauté scandinave de Grez-sur-Loin où il revient régulièrement, il rencontre Karin, qui deviendra sa femme et son modèle favori, et commence à peindre dans les scènes intimistes, pittoresques, qui vont le rendre fameux.


Ensemble, ils vont bâtir une vie de famille (ils ont huit enfants) à Sundborn, en Dalécarlie, vie magnifiée dans trois albums de Carl : Un Foyer (1899), Une Maison (1905) et Du côté du Soleil (1910) qui connaîtront un extraordinaire succès en Scandinavie et en Allemagne. 


Dessins précis, contours soutenus parfois japonisant, arabesques : le trait de Carl Larsson, toujours proche de l'illustration, est reconnaissable entre tous. Et ses couleurs délicates en font un de mes aquarellistes préférés.

 


13 commentaires:

  1. On peut visiter sa maison à Sundborn.
    Elle est aussi délicieuse. (Up)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rêve d'y aller. La connaissez-vous, Up ?

      Supprimer
    2. Il y a quelques années … ce jour-là, la lumière était belle.
      L'impression d'entrer dans un tableau … dans ce que vous montrez là, le coin du repos (sans chien), l'atelier ou encore la cuisine, des chambres, etc, vous êtes dans une suite de tableaux de Carl Larsson … partout tissus et décorations, bois peints, objets beaux, peintures, coussins, inscriptions, livres et dessins, fresques, broderies, meubles travaillés, fourneaux, portes décorées, détails lumineux, détails, détails. (Up)

      Supprimer
  2. On est loin de l'univers de son homonyme prénommé Stieg.
    C'est vrai que c'est une peinture charmante, très douce, bien que les couleurs soient soutenues.

    RépondreSupprimer
  3. Comme j'aime ces articles "références aquarellistiques"
    A chaque fois, tu me fais découvrir des mondes différents et merveilleux. Bravo à cet artiste au réalisme très poétique.
    J'ai une préférence pour la seconde aquarelle. J'aime beaucoup l'atmosphère, le rendu des reflets, la précision de premier plan et la douceur du fond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découvert (il y a longtemps) avec la première peinture, "Octobre, les potirons", qui a eu un prix en son temps. Mais j'ai un faible absolu pour la vision de son atelier...

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup cet artiste! Je l'ai découvert avec un livre de la bibliothèque. C'est très lumineux et chaleureux!
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Je connais depuis toujours et j'adore !!!

    RépondreSupprimer
  6. c'est époustouflant de détails tout en douceur, j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  7. Je le connais depuis les Beaux-Arts, presque de la préhistoire ! Et rêve depuis toujours d'aller un jour, visiter sa maison, son atelier, d'entrer dans ces tableaux que je connais si bien et aime tant.

    RépondreSupprimer
  8. AJOUT :
    du 7 mars au 7 juin 2014, le Petit Palais, à Paris, organise une grande exposition "Carl Larrsson, l'imagier de la Suède". Plus de 150 oeuvres...
    Courrez-y !

    RépondreSupprimer
  9. J'y suis allée la semaine dernière, j'ai adoré. Le soir même je replongeais le nez dans le guide du routard en me disant qu'il fallait que je retourne en Suède car je ne suis pas allée à Sundborn

    RépondreSupprimer