lundi 3 septembre 2012

Référence : Winslow Homer


The red canoe

Encore un coup de foudre, en ce début d'année, et de quoi prendre une grande leçon de peinture. J'ai mis le temps : le peintre américain Winslow Homer (1836-1910) fait référence, en dehors de ce blog, depuis longtemps !

Son histoire est riche d'enseignement : étudiant à Cambridge, il dut renoncer à Harvard après la ruine de son père inconsidérément parti vers l'Ouest lors de la ruée vers l'or. 
Après une courte formation, il devint un illustrateur et un graveur reconnu (il publiait notamment dans Harper'sWeekly, l'un des principaux magazines américains) tout en pratiquant la peinture à l'huile dans une inspiration proche de celle de l'école de Barbizon.
C'est en autodidacte qu'il se mit à l'aquarelle en 1873, tardivement, donc, à 37 ans, attiré par la rapidité d'exécution d'une technique qui lui permettait de garder trace de ses explorations et de ses vacances (si, si!) Mais très vite, il mit au point une  esthétique et une technique qui attirèrent l'attention et lui firent rencontrer un grand succès. Pas immédiatement, cependant : "un enfant armé d'un flacon d'encre n'aurait pu faire pire", déclara un critique dont la postérité a charitablement oublié le nom. Je vous laisse juge. 

Key West, 1903
Il se cantonna un moment aux scènes pastorales d'une campagne idyllique qui révèle parfois des influences préraphaëlites.

Tired, 1878
Mais c'est pour ses représentations de la "Wilderness" américain, qu'il est fameux (toute la série des montagnes Adirondacks peinte dans les années 1890), ainsi que pour les tableaux rapportés d'un séjour de deux ans à Cullercoats (sur la côte nord-est de l'Angleterre) et témoignant de la rude vie des pêcheurs, puis ceux élaborés sur la côte du Maine où il passa les vingt dernières années de sa vie. 

Girl carrying a basket, 1882
Crab fishing, 1883
Adirondack guide, 1894
Il sut également à merveille rendre compte de la luxuriance de la végétation et des couleurs des Caraïbes. Peu à peu, délaissant la mine de plomb, il se mit d'ailleurs à dessiner directement à la peinture, acquérant ainsi une liberté de geste qui excelle à capter la vie et le mouvement du monde.

Homosassa River, 1904

17 commentaires:

  1. Merci pour cette belle leçon d'aquarelle qui nous rend humble et nous montre toute les belles choses que l'on peut faire avec ce médium (avec le talent de Winslow Homer, ce qui n'est pas mon cas...). Les reflets sur l'eau sont tout simplement époustouflants.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de nous faire découvrir ce peintre talentueux que je ne connaissais pas du tout

    RépondreSupprimer
  3. Prodigieuse technique qui parvient à donner de la profondeur dans les reflets.
    Egalement remarquable ceci et ceci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que ça vous plaise. Beaucoup à apprendre de lui.
      Philippe, comment faites-vous pour insérer des liens (très beaux tableaux) dans les commentaires ?

      Supprimer
    2. Il faut taper le code suivant. J'y ajoute des $ pour faire riche et surtout pour que la commande ne s'exerce pas; il faut donc ne pas les écrire.
      <$a href="l'adresse internet de la page">le texte à afficher<$/a>

      On trouve ici des précisions sur les liens en langage html.

      Supprimer
    3. Cool ! J'ai hâte d'essayer.
      Je peux par exemple vous renvoyer à un site dédié à Winslow Homer :
      voir ici

      Supprimer
    4. Youpi : ça marche ! Merci beaucoup, Philippe.

      Supprimer
    5. Eh bien voilà, c'est bien simple ! A votre aimable service.

      Supprimer
  4. je ne le connaissais pas, celui-là, merci, merci pour cette belle découverte !!!

    RépondreSupprimer
  5. waow this guy is an aqua-killer babe!

    ben je découvre aussi que je dédicace à la fnic avec la sémillante Anne LM???
    cool, dommage que je l'apprenne en lisant ces lignes car je suis à Livre en Vigne ce même jour!
    C'eut été un honneur...

    L'amphigourou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey ! Ladite Fnic aurait-elle agité la perspective de ta présence pour être sûre que je ferait l'impossible pour me libérer ce jour !?
      Et peut-on, au reste, agiter une perspective ?
      Et serais-tu, par extraordinaire, aux Mots Doubs de Besançon les 22-23 ?
      Tant de questions...

      Supprimer
  6. La dite Fnic sucrerait-elle les fraises?
    On est en droit de se le demander...
    Pas de Mots Doubs pour roudoudou..
    que du hard..
    du too hard

    RépondreSupprimer
  7. Je rajoute un post pour éviter que nous soyons treize attablés sous l'article: il faut combattre la superstition mais respecter les usages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que c'est que la... force des usages, quand même ! Je vais me dépêcher de poster 10 commentaires à mon post de ce matin (déjà 3 fois commenté, vous l'avez compris, au moment où j'écris ces mots) pour que vous chargiez de régulariser la situation !
      Merci Philippe.
      ;-)

      Supprimer
  8. Merci pour cette magnifique rencontre avec Winslow Homer à travers ton blog!...
    J'aurais juré qu'il était anglais...
    Il y a dans chacune de ses aquarelles une telle lumière subtile et profonde...
    J'aime beaucoup ce que tu fais Anne et ta façon d'associer littérature et peinture.
    C'est décidément un vrai bonheur de feuilleter ton blog!
    Yvonne
    http://aquarellenaturefleurdelin.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer