jeudi 9 septembre 2010

Si les papillons s'y mettent...

C'est la course, pas le temps, trop de cours à préparer, un nouvel atelier à aménager (youpi), trop de quetsches à transformer en confitures (6 pots ce matin, youpi derechef). Et plein de peintures dans ma tête, et aussi sur ma table à dessin... Il faudra bien que je vous montre ça un jour mais là, pas le temps ! 
Alors je me souviens de ces papillons épinglés au merveilleux et méconnu musée de la Specola de Florence, par un petit matin glacial de mars, avec le plancher qui grinçait sous nos pas et le gardien de salle qui écoutait à fond un concerto de Mozart...

4 commentaires:

  1. Bonjour..

    Bonne suite dans ton beau travail riche en varietés..et pour ces beaux voyages entrepris.

    Merci egalement pour ton passage et appréciation( à ce propos, tu semblais etonnée du cumul " dessin classique/dessin d'humour"..mais pourquoi serait-ce incompatible???On voit tant d'artistes qui se prennent au serieux..(!!)
    à+, et bonne rentrée.

    RépondreSupprimer
  2. Pour ceux qui lisent ce commentaire, donc, et avant que je l'évoque plus longuement : oui, allez faire un tour sur le blog de yal (Yann Le Sacher) qui croque et peint la Bretagne "par les contours" !
    C'est beau, c'est drôle, et c'est sur yal.over-blog.com

    Quant à l'humour... Je suis à fond pour ! Ce que je trouve réussi ici, c'est que la "sauce" prenne entre l'aspect esthétique et l'aspect humoristique.

    A bientôt, yal.

    RépondreSupprimer
  3. J'y suis passé faire un tour, c'est vraiment bien.
    J'aime bien les dessins à double entrée.
    Retrouver Claudia Cardinale dans "Il était une fois dans l'Ouest" est bien sympathique aussi.
    Et puis, y a plein de tiroirs partout.

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends tout à fait ton état "d'ébullition", moi-même parfois.... excepté toutefois l'ébullition des confitures ! Tes papillons me rappelle une expo d'art contemporain où l'artiste avait comme cela épinglé des pelures de taille crayon de toutes les couleurs, c'était très chouette et poétique.

    RépondreSupprimer