dimanche 30 septembre 2018

Une échappée belle en pays de fées

Costumes pour Alice au Pays des Merveilles

Pour ceux qui disposeraient d'un peu de temps en ce début d'automne, avant que le  gris et le froid ne les fassent se replier sur leurs intérieurs (que je leur souhaite douillets comme des nids d'écureuil), il est une escapade qu'il faut encore tenter : vous avez jusqu'au 30 novembre pour découvrir, au Centre National du Costume de Scène, la fabuleuse exposition consacrée aux contes de fée.

Pour l'opéra Le Coq d'Or

C'est un bain de couleurs, de textures, de dentelles et de soieries, de colifichets, de musique, de danse, de masques et de marionnettes... Vous y croiserez Alice et Riquet à la Houppe, Cendrillon, Carabosse et la Belle au bois Dormant, mais aussi le prince de Motordu et le Petit Prince. Emportez vos carnets de dessin, emmenez vos enfants. C'est une merveille.

Pour Casse-Noisette

Voué à la conservation du patrimoine scénique national, notamment des décors et costumes de théâtre et d'opéra, relooké par l'architecte Jean-Michel Wilmotte, décoré par Christian Lacroix, le C.N.C.S. est vraiment un endroit à découvrir. On y coirse également la figure de Noureev, danseur mythique, dont une part de la collection a été confiée au Centre.

Tout ne se passant pas à Paris, c'est bel et bien en province que je vous convie, à Moulins-sur-Allier (3 heures de route depuis Dijon, par exemple, mais ça vaut la peine !). La ville est jolie, pleine de trésors à découvrir dont un merveilleux retable dit du Maître de Moulins et dont le Musée de l'illustration jeunesse pour ne citer que ces deux-là...

en fait, c'est  jusqu'au 30...

Bon : non seulement vous savez dorénavant à quoi j'ai occupé mon samedi, mais en plus vous avez une idée pour votre prochain week-end ! Merci qui ?...



• Tous renseignements pratiques ici : 
 

mercredi 26 septembre 2018

A vos coquelicots : un défi petit mais engagé !

Le 5 octobre prochain, les signataires de l'appel "Nous voulons des coquelicots"pour la résistance à l'usage des pesticides (cliquez ICI) proposent un grand mouvement citoyen de mobilisation (cliquez LÀ) . 

Pour relayer (si peu que ce soit) leur initiative, 
je vous propose de m'envoyer 
pour le jeudi 4 au soir (dernier délai 21 h) 
un dessin, 
une peinture, 
une photo, 
un poème... 
...de coquelicot. 

 

Vous êtes habitués à relever mes défis : 
vous savez ce qu'il vous reste à faire... 
Et nous repeindrons en rouge ce blog pour nous souvenir que les jolies fleurs ne sont pas seulement "jolies" : elles sont un indicateur précieux de la viabilité de notre écosystème et cet indicateur... a viré au rouge !

D'ici là et si ce n'est pas encore fait, vous pouvez signer la pétition en ligne : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/l-appel/ 

mardi 25 septembre 2018

Signez pour les coquelicots !

 

Nous voulons des coquelicots

 

Appel des 100 pour l’interdiction 

de tous les pesticides de synthèse

 

"Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.
Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.
Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes."


Comme ceux qui ont lancé l'Appel des Coquelicots, je crois en la sagesse de l'herbe ! Et je redoute la folie des hommes. Les politiques sont démissionnaires, mais la société civile se mobilise : rejoignons le mouvement. 


Pour signer vous aussi l'appel, c'est ici : 

 

vendredi 21 septembre 2018

Un matin

Petit matin à mon bureau. Les tilleuls de la rue sont bourrés de moineaux et de merles, avec la lumière du soleil qui filtre à travers leurs feuilles un peu jaunies déjà. Avec le ronronnement de la ville qui se réveille et s'apprête pour une nouvelle journée. Avec une envie de fraîcheur neuve qui se fraye un chemin dans les jours accablés de chaleur. 
Je relis Guillevic, maître en contemplation, prophète des matins.

 
 
Le matin 
T'es donné

Ne le prends pas 
Comme un dû.

...

Le matin
Ne paraît pas devoir

Déboucher
Sur midi.


Il promet
Autre chose.

...

Chaque matin 
est pour l'oiseau

L'anniversaire
De sa naissance.

...

La ville
A besoin du matin

Pour croire
Qu'elle peut exister.

mercredi 19 septembre 2018

L'exposition "Chemins Partagés" a ouvert ses portes à Talant



Et quelques images du vernissage, hier, 
en présence de très nombreuses personnes, 
amis, famille, élèves, connaissances... : 


Mot d'accueil de Mme Soyer, adjointe à la Culture de Talant

Claire Delbard, de l'Atelier des Noyers, est à l'origine du projet

Plus de 80 amis...

Catherine Weissmann a donné lecture de Blanc comme la Neige

Merci à Talant et à la médiathèque pour leur accueil chaleureux, 
professionnel et empathique. 

Merci à tous pour cette merveilleuse soirée de souvenir 
et de passage de relais. 

Merci à Hervé d'avoir si bien su nous dire 
l'éternité de chaque instant.
  
(et merci à ma maman et à l'ami Allan Ryan pour leurs photos)



mardi 11 septembre 2018

Résumé en forme de tas !

Ces temps-ci, depuis le début du mois d'août, 
j'avais "des tas" de choses à faire : 

• j'avais un livre à publier
voici le "tas" d'exemplaires et de cartes arrivés en dépôt l'Atelier 
pour mon plus grand bonheur  avant de repartir, je l'espère, 
trouver refuge dans moult bibliothèques, étagères et librairies !


voici le "tas" des planches qui recouvrait hier
 le sol de mon bureau 
avant de partir chez l'éditrice !


 • j'avais une exposition à monter : 
voici le "tas" de cadres qui, sur le point de partir à La Galerie, 
encombre quelques heures encore mon salon.


Tous ces "tas" me prouvent que j'ai mené à leur terme, ou presque, l'essentiel de mes missions de l'été. Ce qui fait que je suis disponible pour la réouverture de l'Atelier Bleu, qui à partir de la semaine prochaine, vous propose des "tas" de cours et de stages

Et puis je vais avoir, c'est sûr, des tas de livres à lire, de rencontres à faire,d'amis à voir,  et puis encore des promenades en forêt, des petits croquis, de nouveaux projets... L'année sera riche !

 

dimanche 9 septembre 2018

Emotion et fatigue...


 ... mais beaucoup de soulagement, aussi : je viens d'emballer le dernier des quatre-vingt quinze (!) tableaux qui vont bientôt rejoindre les murs de La Galerie, espace Georges Brassens, à Talant, pour l'exposition Chemins Partagés dont je vous ai déjà parlé. L'occasion de revoir, ré-encadrer, retrouver parfois (j'ai été en chercher quelques-unes jusqu'en Ardèche et dans les Alpes) les plus belles aquarelles d'Hervé. Elles sont encore dans mon salon, mais bien au chaud sous leur papier-bulle, elles sont presque invisibles, comme endormies.


Et puis ma production aussi. L'exposition telle que je l'ai conçue propose autant de tableaux de l'un que de l'autre. Mes campagnes et mes champignons, mes arbres et mes ronces. Que retenir de dix ans de travail ? Quelles tendances puis-je voir se dessiner à faire ainsi retour ? Sur quel aspect porter le regard ?...


Presque dix ans de compagnonnage, de chemins parcourus ensemble ou séparément. De tableaux conçus dans la douceur d'un atelier que l'on partageait, où le regard de l'autre était le premier des critères. Et tout le reste : les obsessionnels essais de pigments, les débats animés sur les vertus comparées de la terre de Sienne naturelle et de l'ocre jaune, les esquisses sur le coin d'une table de bistrot, les carnets remplis à genoux dans l'herbe, à un arrêt de bus, au concert ou dans un aéroport, les griffonnages sous la tente les jours de pluie, des sujets ramassés dans le jardin ou ramenés du marché... Tout cela, j'ai la chance d'en porter souvenir, et de le partager bientôt avec vous. 
Dans la photo ci-dessus, une seule cagette, deux fruits, deux peintures et surtout deux peintres : nous reconnaissez-vous ?


Dire "nous" encore une fois. C'est un moment fort que ce retour, pour moi. Et puis ensuite, les aquarelles partiront. Celles d'Hervé surtout. 
Leur dire au revoir. Définitivement. 
J'aurai un mois pour le faire avec vous. 

vendredi 7 septembre 2018

La Loire en septembre



 Deux autres illustrations pour Iles de la Gargaude
à paraître début octobre aux éditions de l'Atelier des Noyers
sur un (très beau) texte de Philippe Mathy.


lundi 3 septembre 2018

Encore ensemble...

Aboutissement d'un projet rêvé avec Hervé,
commencé avec lui, achevé en fidélité à sa mémoire,
Blanc comme la neige 
vient de sortir de chez l'imprimeur.

Dix-huit des plus belles peintures de montagne
réalisées par Hervé.
J' y ai glissé mes mots,
en guise de célébration de notre amour,
de notre parcours,
de la vie déchirante et belle.



Il sera bientôt en vente sur le site de l'éditeur : L'Atelier des Noyers (paiement en ligne et envoi postal), sur les lieux de nombreux salons en Bourgogne, ainsi qu'à mon atelier et dans ma boutique en ligne. Et il sera bien entendu également très vite dans les rayons de quelques librairies chéries (Calligrammes, La Mandragore, la Fleur qui pousse, La Colline, etc.)



• 


Pour marquer la sortie du livre et, bientôt, le premier anniversaire de la disparition d'Hervé, l'espace d'art contemporain La Galerie à Talant accueille l'exposition Chemins Partagés, consacrée à une rétrospective de notre compagnonnage de peintres,
du 18 septembre au 13 octobre prochain.

Lors du vernissage, le 18 septembre à 19 h, la comédienne Catherine Weissmann donnera lecture du texte Blanc comme la neige devant les toiles qui l'ont inspiré.


Anne Le Maître, Hervé Espinosa, Blanc comme la Neige,  54 p. 14 € (format 15 x 21 cm)

(L'Atelier des Noyers propose également dix des superbes illustrations d'Hervé sous forme de cartes postales ou de tirés à part de belle qualité, agrémentés d'un poème manuscrit signé, pour mettre de la beauté dans vos boîtes à lettres et jusque sur vos murs).


samedi 1 septembre 2018

Encore un peu d'été



Le rouge à la fenêtre 
comme un éclat de rire
qui croit encore à la lumière.