lundi 11 juillet 2016

Les angoisses pédagogiques de l'animatrice de stage (1)

[Petite chronique, en temps réel, d'une semaine d'aquarelle sur les hauts plateaux du Jura]
Pour ce premier jour de stage consacré à la peinture de la végétation, l'exercice de l'après-midi (inspiré par un ciel menaçant) consistait à représenter, tel qu'on le voyait à travers la baie de l'atelier, un paysage jurassien par temps maussade : sapins indigo, nuances d'ocre, ciel gris de Payne. Bon...


Et puis, comme nous étions en plein élan, plongées jusqu'au cou 
dans le gris, le soleil est revenu.  


La vie est décidément mal faite!

2 commentaires:

  1. Un ciel gris de Payne ? Il me semblait avoir entendu que tu en interdisait l'usage. A moins que je confonde ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Humm, me voici démasquée, j'espère qu'aucun-e de mes élèves ne lira ça ! :Il s'agit en fait du gris de Payne bleuté de chez Schmincke, pour lequel je fais une (énorme) exception. Et tu aurais vu la couleur du ciel hier en début d'après-midi, tu aurais compris qu'on ne pouvait guère s'en passer...
      ;-)

      Supprimer