samedi 22 novembre 2014

Carnet de guerre


La période est propice aux oeuvres de mémoire. De retour des champs de bataille de Verdun où j'ai conduit hier un troupeau d'adolescents qui ont - il faut nous en réjouir - bien du mal à se figurer ce qu'est une guerre, l'envie me prend d'évoquer la mémoire de l'un des membres de ma famille. 

Léon Lescoeur (1884-1962) partageait avec nombre de mes ascendants et beaucoup de ses contemporains  le goût du carnet de croquis. 
C'était mon arrière-grand-oncle.

En 1914, il part pour le front. Fait prisonnier puis libéré quelques mois plus tard, il se trouve sur le front de la Somme à l'été 1916. Un crayon à la main, un petit calepin sur les genoux, il saisit la vie quotidienne des soldats. J'aime la façon dont il a su croquer ces poses à l'heure de la pause ou à celle du guet.




Sentinelles :



 Combat ou exercice ?


Le 6 août 1916, par exemple, il dessine l'église bombardée d'Arvillers, 
dont j'ai retrouvé une carte postale datant de la même époque.


Le dessin comme un moyen de tenir à distance la peur. 
Comme un moyen de rester des hommes face à la peur.  
La page blanche comme un petit - si petit - espace de liberté.



20 commentaires:

  1. Nous ne connaissions pas ces croquis. Il avait vraiment un bon coup de crayon.
    Il y a une collecte nationale de témoignages de la grande guerre. Ce serait à leur proposer, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmmm... Je l'ai en effet proposé, mais sans résultat ni écho. Pourtant, un trésor bien au chaud dans un tiroir est un trésor perdu, et le partage est important. En tout cas, ici, ces images sortent dudit tiroir...

      Supprimer
  2. Oh Wow! These are fantastic heirlooms as well as works of art.

    Thank you for sharing them, I enjoyed them very much

    RépondreSupprimer
  3. Magnifiques ces croquis et très émouvent!

    RépondreSupprimer
  4. Impressionnant ! ces croquis sont d'un réalisme ! des témoignages qu'il faut conserver précieusement . Tout notre respect à cet arrière-grand-oncle .
    Merci pour ce partage , cordialement alain .

    RépondreSupprimer
  5. Merci à vous trois.
    Ai-je signalé qu'il suffisait de cliquer sur une image pour la grossir et afficher un diaporama ? C'est pourquoi je me permets de placer certaines images en petit format.

    RépondreSupprimer
  6. Super document... merci pour le partage. En parlant de cette guerre, ça me fait penser que vient de sortir récemment un bouquin aux éditions Plume de Carotte qui s'appelle "Plantes de poilus" et qui est à priori plutôt pas mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les éditions Plume de Carotte mais je ne connaissais pas celui-ci. Merci, Claire.

      Supprimer
  7. magnifiques ces croquis.... c'est de famille, le don pour le dessin!!!!

    RépondreSupprimer
  8. vraiment merci pour ce partage ; bravo pour la qualité des dessins du grand oncle et ton écriture qui les accompagnent ; quel dommage qu'ils n'aient pas été retenus pour un plus grand partage !
    Denise

    RépondreSupprimer
  9. Superbes ! Acceptes-tu que je les montre à mes élèves qui travaillent sur le projet "petits artistes de la mémoire" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! Et surveille ce blog : il y aura une suite à l'aventure de l'oncle Léon...

      Supprimer
  10. Précieux carnet, témoignage d'instants fugaces inscrits dans un trop lourd quotidien. Merci pour ce partage !

    RépondreSupprimer
  11. Quelle émotion à feuilleter ces pages! Ces carnets doivent t'être bien précieux! Merci de nous les montrer!

    RépondreSupprimer
  12. Je connaissais les lettres des poilus et leurs poèmes dont des Haikus, je crois que c'est la première fois que je vois des dessins d'un des leurs. C'est assez émouvant de sentir la vie qui trouve sa place malgré la terreur. Sinon Anne, en parcourant ton blog, j'ai lu quelque part que tu comparais la vie d'un écrivain avec la vie monastique. Je ne retrouve plus l'endroit. Excuse-moi, s'il te plait, si je retranscris mal ta pensée. Cette lecture m'a amené à cette réflexion;

    http://lacotevincent.wordpress.com/2014/11/23/97-lettre-ouverte-a-marie/

    La partages-tu ? Sinon, pourquoi fais-tu cette comparaison ?

    Au plaisir de te lire.
    Vincent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, aïe ! Période peu propice aux longues discussions philosophiques au coin du feu et pourtant, ce serait bien agréable. Sans compter que la vie monastique requiert quelques moments de silence...
      Je rouvre la discussion sur ton blog un peu plus tard, quand la vie sera plus calme.
      Bien amicalement.

      Supprimer
    2. Je suis ravi.
      Au plaisir de t'y lire.
      Amitiés
      Vincent

      Supprimer
  13. Oh là là, quel précieux trésor, en effet ! Un témoignage dessiné exceptionnel. Et le talent est de famille, donc...

    RépondreSupprimer
  14. Vraiment émouvant et beau. Je me demande toujours comment dans certaines situations des artistes dessinaient malgré tout. Mais en fait c'était sûrement un fabuleux échappatoir, une bulle, un moment plus léger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est précisément ça : le dessin, qui est un loisir, peut alors devenir parfois une nécessité, une planche de salut pour garder un temps et un espace pour soi, pour s'abstraire de la trop dure réalité ou du moins la considérer autrement.

      Supprimer