lundi 24 novembre 2014

Carnet de guerre (suite)


Le carnet de guerre de mon arrière-grand-oncle Léon, outre les croquis au crayon présentés au post précédent, contient quatre dessins plus complets, dont trois aquarelles. Peut-être ont-ils été réalisés lors d'une pause à l'arrière.
Villes-sur-Saulx, Le Crocq, Saurupt : trois petites communes de la Meuse et de l'Oise  épargnées alors par les combats. L'ambiance ici est celle d'un temps arrêté, bien loin des souffrances de la guerre. Pourtant, nous sommes à quelques kilomètres seulement de Bar-le-Duc et de la Voie Sacrée, sillonnée en permanence par les camions. Car depuis février, la bataille fait rage à Verdun.




(cliquez sur une image pour l'agrandir)

10 commentaires:

  1. magnifique croquis magnifiques et délicates aquarelles, presque paisibles en ces temps de guerre merci de nous permettre de partager

    RépondreSupprimer
  2. couleurs préservées de qualité!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela participe à la magie, je trouve, que ces couleurs si délicates, dans un contexte qui l'était si peu.
      Et puis la fraîcheur des nuances, comme une fenêtre qui s'ouvre sur le passé.
      C'est en tout cas quelque chose qui m'a frappée quand j'ai ouvert le carnet pour la première fois.

      Supprimer
  3. Quel bel instant de paix et de beauté en pleine guerre!!! Vraiment merci du partage!!

    RépondreSupprimer
  4. Je suis frappée par le calme, la sérénité de ces petites aquarelles, et ne peut que penser à leur auteur, arraché pour quelques heures au fracas de la guerre, et assis là, peut-être sur un talus herbeux, avec son carnet de croquis et sa boîte d'aquarelle sur les genoux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec la petite dame qui lave son linge dans l'étang...

      Supprimer
  5. De magnifiques aquarelles, les couleurs sont conservées intactes .
    Tout semble calme , des témoignages extraordinaires que nous sommes ravis de découvrir .
    Tout notre respect pour cet arrière-grand-oncle .
    Cordialement , Ch et Al .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus bel héritage que l'on puisse recevoir. Rien de plus précieux de plus touchant et de plus délicat....

      Supprimer
  6. Anne, vous avez, comme disait ma grand'mère, « de qui tenir » (prononcer « dequitnir »).

    RépondreSupprimer