lundi 25 février 2013

Des flocons et des mots

Le sixième défi du dimanche de Charlotte, soufflé par Filip, nous enjoint cette semaine de représenter notre LECTURE (revue, journal, livre) du moment

Et je me suis réjouie, en ce dimanche de neige sur Dijon, à l'abri des murs (couverts de livres) de l'Atelier, de tracer sur le papier le souvenir de notre montée dans le brouillard entre les Diablerets et les Miroirs d'Argentine (dans les Alpes suisses), vers le vallon de DERBORENCE immortalisé par le roman éponyme de Ch.-F. Ramuz. 


"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu'on se penche sur le vide, où il n'y a plus rien, et on voit qu'il n'y a plus rien.  
C'est l'hiver au-dessous de vous, c'est la morte-saison tout le long de l'année. Et si loin que le regard porte, il n'y a plus que des pierres et des pierres et toujours des pierres. 
Depuis deux cent ans à peu près."

Ce roman, rouge sur fond de neige, je l'avais dans mon sac. 
Le vallon perdu dans le grand blanc, nous n'y sommes jamais arrivés. 
Il n'en est peut-être que plus beau. 


6 commentaires:

  1. Enfin le premier livre posté... et en plus avec de la neige (domaine dans lequel tu excelle)
    Question pratique : "la pochette rouge du livre l'as tu fait avec la technique du gros sel?"
    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour me forcer à rester dans la légèreté, je réalise les défis de Charlotte sur un papier de médiocre qualité (un bloc Dalbe grain fin 300g/m2) qui m'oblige à travailler vite et sans multiplier les effets. Il a la particularité (ici exploitée) de faire facilement des auréoles. Le gros sel aurait sans doute produit des taches plus petites, en semis.

      Supprimer
  2. il fait penser à un livre trouvé dans la neige au cours d'une rando. cela m'est arrivée sur le massif du Vercors. j'avais trouvé un livre d'enfant collection rose 'Fantômette" près d'un ruisseau. Alors laissons aller notre imagination quant à ton livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Fantomette et surtout ses copines niaises, Ficelle et Boulotte ! Et quelle belle surprise que de trouver un livre en pleine nature. Il avait fait une fugue ?

      Supprimer
    2. nous n'avons jamais su mais nous l'avons laissé sur place pensant que c'était peut-être une petite lutin de la forêt qui s'est arrêtée de lire pour se cacher en nous voyant arriver...

      Supprimer