jeudi 26 avril 2012

Les voyages, on y prend goût


Je crois que ce pelargonium pourra bien se surveiller tout seul ! 
Nous on file une semaine à LISBONNE.
D'abord, ici, fait même pas beau...

signé : P.N.

mercredi 25 avril 2012

Internet dans ma boite aux lettres

 La semaine dernière, le facteur m'a apporté deux preuves qu'il y a des "vraies gens" cachés derrière le monde virtuel d'internet. Si, si ! Comme je vous le dis. Et des amis, en plus !


D'abord un petit bloc hyper personnalisé aux couleurs de ce blog, cadeau adorable d'Epistyle pour accompagner une commande de carnets 
(Epistyle est une artiste,  fait de super carnets, allez voir sur sa boutique en ligne ou sur son blog : http://epistyle.blogspot.fr/).


Ensuite une carte aquarellée de Judy, aux Pays-Bas. Judy, aquarelliste  qui a eu l'idée généreuse de proposer aux amis qui fréquentent son blog de leur envoyer un de ses aquarelles comme ça, juste pour le plaisir.
(Son blog, plein de couleurs et de délicatesse : http://dedraadaquarellen.blogspot.fr/).

mardi 24 avril 2012

Printemps à l'Atelier


Samedi, à l'ATELIER, stage "Pas-à-pas dans un paysage de printemps"
d'après un sujet emprunté à Hervé Espinosa et visible ICI
On a mangé du vert  et joué du sèche-cheveux
(On a aussi bu du thé et dégusté cake, chocolat et gâteau au yaourt, 
pour se donner du courage).


Au final, comme d'habitude : 
sept tentatives, sept paysages, sept ambiances différentes.


dimanche 22 avril 2012

Star



La vedette des derniers cours : un géranium momentanément soustrait à la jardinière de ma fenêtre et replanté dans un pot à pinceaux.  
Christine, Claire, Marion, Annie-France, Françoise, Michèle...
ont passé avec lui un long moment en tête-à-tête.

Il faut toujours revenir à la peinture d'après nature, 
tant il est vrai que se mettre à l'écoute d'une fleur 
est différent de se mettre à l'écoute d'une photo de fleur.



lundi 16 avril 2012

Bleu


Dijon, hier.
Il pleuvait. Le vent soufflait.
Mais il y avait les glycines.
De quoi sauver plus d'un dimanche...

vendredi 13 avril 2012

Réponse

Je pense, je dessine et je peins des tulipes. Le matin elles m'accueillent 
de l'autre côté de la fenêtre, et vers cinq heures le soir, 
c'est au soleil qu'elles font fête en éployant leur jupe écarlate. 
A l'Atelier, on croque des tulipes.

Sur Bleu de Prusse, je vous parle de tulipes...

Et voilà que la nuit dernière, comme je traverse le salon endormi, 
je les surprends.
A elles de prendre la parole. 

La plume.

Puisant à l'encre bleue de la nuit, elles se dessinent. 


 Saviez-vous que parfois, la nuit, parlent les fleurs ?
Il faut tendre le coeur pour les entendre.

mercredi 11 avril 2012

Entraînement du matin


  De la tulipe à ma fenêtre à celles du vase sur la cheminée, 
il n'y a que le temps d'un dessin
avant de me mettre au travail,
en guise d'entraînement matinal au printemps. 


lundi 9 avril 2012

A la fenêtre



 


Une petite demoiselle tout de vert et rouge vêtue,  
danse sous le vent frisquet, à ma fenêtre. 

Comment (et pourquoi, d'ailleurs) résister au plaisir 
de la peindre non pas 1 mais 2, 3, 5 fois ?...

vendredi 6 avril 2012

Un ornithologue aquarelliste


Né en 1874 dans l'Etat de  New-York (son père était Porto-Ricain), Louis Agassiz Fuertes est l'un de ces merveilleux illustrateurs à la manière d'Audubon, très apprécié aux Etats-Unis ; il est malheureusement presque inconnu en France. Ornithologue, il a accompagné de nombreuses expéditions, de l'Ethiopie aux Bahamas et  à l'Alaska et de la Jamaïque au Canada et enseigné à la Cornell University. Feuilleter ses planches ornithologiques, découvrir le pirit à collier, l'aigrette des neiges, la paruline multicolore et le geai à gorge blanche, c'est prendre un véritable bain de couleurs et de grâce. 


Comme Edith Holden évoquée ici il y a peu, il a connu une mort tragique et prématurée, sa voiture ayant été fauchée par un train en 1927. 


Un seul livre a été publié en français qui présente son travail : 
Francis Roux (1996). Les Oiseaux. Aquarelles de Louis Agassiz Fuertes, Bibliothèque de l'image : 96 p.  
Vous pouvez également aller feuilleter quelques-unes de ses planches sur la bibliothèque en ligne de la Cornell University en cliquant ici (puis sur "read online") : http://archive.org/details/cu31924022555027

mercredi 4 avril 2012

Pour faire le portrait d'un oiseau


J'ai vu les premières hirondelles le 20 mars, jour du printemps. Elles voletaient au-dessus d'un lac de l'Auxois, en compagnie(excusez du peu) d'un milan royal et d'un balbuzard pêcheur. 


A l'Atelier Bleu, on les a honorées samedi dernier, en travaillant d'après une magnifique planche ornithologique du début du siècle de Louis Agassiz Fuertes (1874-1927).