mercredi 14 novembre 2018

Un défi vitaminé pour affronter la morte saison ?

... voici le Défi "Façon de parler"
Vous avez peut-être déjà suivi (voire relevé) le Défi des Petites Choses, ou le Défi des Mots étranges
Une façon amusante de trouver de l'inspiration, de s'amuser, de partager ses idées et ses expérimentations. 
Alors voici de nouveau quoi vous occuper durant les jours sombres.  



Je vous propose ici de réaliser six aquarelles (ou dessins) de six "FAÇONS DE PARLER". 
Et comme nous avons besoin de vitamines, elles auront à voir avec les fruits et légumes !
(ATTENTION, c'est moi qui propose l'expression).
 
Pour le premier défi, je vous propose d'illustrer l'expression 
"TOMBER DANS LES POMMES"
 
 
Je vous rappelle le principe, il est simple : 
le lundi matin, je vous pose un défi sur ce blog. Vous avez deux semaines pour le relever. Vous peignez, vous m'envoyez un cliché de votre oeuvre avant le dimanche soir 20 heures et le lundi suivant je publie la moisson ainsi faite.
En plus du cliché, je publierai juste votre prénom et votre ville d'origine, ainsi que si vous le souhaitez, un lien vers votre site ou blog.

Ce n'est pas un concours. Ce n'est ni noté, ni classé, ni évalué (et il n'est pas obligatoire de s'engager à réaliser les six dessins, bien sûr). Rien que le plaisir de travailler ensemble, et un petit exercice d'échauffement des pinceaux, manière de se motiver en ces temps humides et frais. 

 LE PREMIER DÉFI EST A RENDRE AVANT LE DIMANCHE 25 NOVEMBRE AU SOIR
LES PARTICIPATIONS SERONT PUBLIÉES LE 26.

 Quelques suggestions : 

• Choisissez un format et tenez-vous y : 20 x 20 cm, ou A4 ou... peu importe, mais l'ensemble gagnera en harmonie, et chaque feuille ajoutée viendra enrichir un ensemble que vous aurez plaisir à garder.

• Vous pouvez d'ailleurs choisir de travailler soit sur des feuillets séparés, soit sur un joli carnet, à condition qu'il supporte la mise en couleur.

• Mêlez des mots au dessin : jouez avec la calligraphie, les techniques (collages, encre, peinture, découpage...). Jouez avec les doubles sens, aussi, bien sûr. Bref : amusez-vous !


L'adresse : atelierbleu@netcourrier.com
image en format jpeg, s.v.p.
 
 

lundi 12 novembre 2018

Echos et dialogues


Les blogs se nourrissent parfois les uns des autres, et les cours également ! 
Ainsi est-ce cette très belle photographie prise en Inde par mon amie Charlotte, 
du blog Vivre en Bretagne, qui m'a donné envie de proposer à mes élèves du jeudi 
un exercice sur les drapés.

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous donner un aperçu du travail en cours, 
sous les pinceaux (dans le désordre) de Brigitte, Claire, Hélène et Christiane.




 D'autres images suivront. 
Merci à chacun-e pour ce fructueux jumelage ! 
Et si vous avez envie de vous y essayer aussi, n'hésitez pas à m'envoyer, 
ainsi qu'à Charlotte, le résultat de votre travail.

 

mercredi 7 novembre 2018

Des passeurs...

"Au milieu du village sous l'arbre de la liberté
Lisant leurs noms sur le marbre griffé des décennies
Je redoute d'y lire le mien propre
Mais non dit la voix de Paix c'est fini
Ça bat sous ton pull
A gauche"

Quelques lignes de Raymond Prunier, poète découvert dans un petit recueil : Poèmes 14-18, reçu hier par la Poste.

Car j'ai la chance de recevoir des poèmes par la Poste. 
Les éditions La Porte, d'Yves et Monique Perrine, font depuis leur fief de Laon de la poésie cousue main, diffusée en peu d'exemplaires, toujours exigeante. On s'y abonne pour un an, 6 numéros qui arrivent toujours par surprise, mettant un peu d'infini dans le cube métallique de ma boîte aux lettres. Raymond Prunier est (avec l'irremplaçable Werner Lambersy, car on reçoit toujours deux livrets à la fois), le dernier auteur en date à avoir ainsi débarqué chez moi.


Je vous ai déjà parlé de la petite édition Le Frau, d'Odile Fix, qui fonctionne selon le même principe, à ceci près que les petits livrets sont illustrés en noir et blanc. J'en ai publié un l'an dernier, pour ma plus grande joie : Dits sous la Mousse (voir ici).


La Porte, Le Frau : leurs petits opuscules habitent mes étagères, les lignes noires et blanches d'auteurs que, le plus souvent, je ne connaissais pas, trouvent logis dans ma mémoire. Grâce soit rendue à ces passeurs de mots, ces couseurs patients de pages et de paroles.

Quelques mots encore, de Raymond Prunier, pour la route : 

"Danse clament-ils danse sur les ombres très obliques de nos croix qui prennent la terre entière
Rougis les radis jaunis les blés
Croque les pommes du temps
Explose de joie simple
Vis
Et ton hommage de novembre vaudra toutes les fleurs"


Deux liens pour en savoir plus : 
sur les éditions de La Porte
sur les éditions du Frau

 

lundi 5 novembre 2018

Cadeau



Une expression banale qui recèle des trésors : 
"le soleil se lève".

Ne passons pas à côté : le spectacle est donné une fois par jour.


mardi 30 octobre 2018

vendredi 26 octobre 2018

Perfection de l'aube



 Port de Douvres, 15 octobre dernier
Derrière moi, invisibles, 56 élèves ensommeillés par une nuit de car, et qui pour beaucoup tentent la même photo.
 

mercredi 24 octobre 2018

A l'heure anglaise


Il ne sera pas question ici de Brexit, mais d'un voyage effectué la semaine dernière dans la région de Londres en compagnie... de 56 élèves de 12 à 15 ans. Contrairement à ce qu'insinuent perfidement certains parents d'élèves, un voyage scolaire n'a pas grand chose à voir avec des vacances (ceci est ce que l'on appelle un euphémisme, à titre d'illustration, le premier "Madame, y'a Enzo qui vomit" a retenti vers 2h00 du matin, et ce n'était que le premier). Mais c'est l'occasion de partages exceptionnels, précieux, avec les jeunes dont on a la charge.


Tels, par exemple, que ces quelques instants volés, un stylo à la main,  ou au zoo, sous l'oeil aigu de  5e tout excités : "Madame, vous dessinez trop bien !". "Madame, pourquoi vous ne gommez pas vos traits ?" "Viens voir, y'a la prof qui dessine..." "Madame, vous me prêtez un crayon ?" "Madame, vous savez dessiner les pandas roux ?"


Une fois de plus constater que la pratique du carnet fait baisser les frontières et facilite les échanges. C'est vrai quand on part à l'aventure au fin fond de l'Afrique du Sud, c'est vrai quand explore, sac au dos, un pays dont on ne connaît pas la langue... et c'est vrai quand on est prof, et  que les élèves s'asseyent tranquillement à côté de vous et vous racontent leur vie. Tranquilles. En confiance.



lundi 22 octobre 2018

Petite actualité littéraire : quand la poésie se met à l'aquarelle...

Je vous ai tenu au courant de sa conception cet été, des essais de pigments, des ambiances colorées... Iles de la Gargaude, sur un poème de Philippe Mathy, vient de paraître aux éditions de l'Atelier des Noyers. C'est mon troisième opus publié chez Claire Delbard, après La vie en Vert (septembre 2017) et Blanc comme la neige (septembre 2018) mais le premier en tant qu'illustratrice. 


 Au gré des mots délicats de Philippe, il prend comme thème une promenade de début d'automne en bord de Loire. L'illustrer a été l'un de mes bonheurs de l'été.


Selon la politique de la maison, j'ai le plaisir de voir imprimés, en  plus du livre à proprement parler, une vingtaine d'aquarelles en cartes postales et sous forme de tirages numériques (format A4, signés et numérotés).

Le livre est en vente sur le site de l'éditeur : L'Atelier des Noyers (paiement en ligne et envoi postal), sur les lieux de nombreux salons en Bourgogne, ainsi qu'à mon atelier. Et il sera bien entendu très vite dans les rayons de quelques librairies chéries.
• 
Philippe Mathy, Anne Le Maître, Iles de la Gargaude,  48 p. 10 €
(format 10,5 x 15 cm)

vendredi 19 octobre 2018

Rencontres littéraires à venir



La semaine prochaine je participe à deux rencontres littéraires 
autour de l'aventure d'une maison d'édition, 
• à La Fleur qui pousse... à Dijon vendredi prochain 
• et pour les Bisontins, aux Sandales d'Empédocle 
le lendemain samedi 27 entre 14 et 19 h
(même s'ils ont mal orthographié mon nom).


mardi 16 octobre 2018

Une jolie critique sur un site passionnant (et passionné)

Je ne connaissais pas le site Les passions de Chinouk avant que Google-aux-grandes-oreilles ne m'informe qu'on y parlait... de moi. J'ai découvert un lecteur (ou une lectrice, plutôt, je ne sais pas trop) passionné-e de littérature de nature, de balade et de grands espaces (notamment américains). En gros, les articles proposés se divisent entre :
- les livres que j'ai déjà lus et adorés
- ceux que j'ai très envie de lire !


Et puis une critique fort agréable à lire de ma petite Sagesse de l'Herbe : la journée commence bien !



 

samedi 13 octobre 2018

Ce qui va bien, parfois...


Dans mon établissement scolaire (j'enseigne à mi-temps d'Histoire-géo en collège), on a installé des ruches sur le toit. Les ruches ont été fabriquées par les élèves ateliers de menuiserie, peintes par les élèves de la SEGPA, et c'est la section horticulture qui a végétalisé le toit en y installant des plantes mellifères. 


Mercredi dernier, ce sont les élèves de 6e 
qui ont procédé à la première récolte de miel !


Les abeilles, c'est maintenant prouvé, survivent mieux en ville qu'à la campagne où elles sont trop soumises aux pesticides. La preuve que chacun peut faire sa part... (ce qui ne doit pas nous dissuader de lutter contre l'usage desdits pesticides, par exemple en signant la pétition nous voulons des coquelicots).

mardi 9 octobre 2018

Vivants !


 Ateliers pour enfants...
("fabriquer son carnet de voyage imaginaire", 
avec les 6e3 du collège Boris Vian de Talant, 
atelier sur 6 semaines co-animé avec Claire Delbard)




 Stage pour adultes...
("peindre la neige à la manière d'Hervé", samedi dernier)


Lecture, conférence...
(ici Catherine Weissmann lisant Blanc comme la neige)
 

 De l'accrochage...
(merci à Amandine, Christine, Patrice et Claire)


Au vernissage...


L'exposition "Chemins partagés" de Talant 
aura été une grande occasion de... partage. 
D'échanges. De vie. 

Il vous reste encore quelques jours pour la découvrir, 
elle fermera ses portes samedi midi ! 

dimanche 7 octobre 2018

A la recherche de la lumière




Partir à la nuit noire pour écouter gronder les bêtes sous la lune...
Et voici que le matin se lève sur la forêt.
Tous les matins, ça se produit.
Tous les matins, c'est un miracle. 

vendredi 5 octobre 2018

Des coquelicots partout !

Sylvie / Bigoudène

Une moisson écarlate pour relayer "l'appel des coquelicots" : vous avez été nombreu-x-ses à répondre à mon petit défi en rouge.  Il s'agissait, je vous le rappelle, de nous mobiliser contre l'usage des pesticides et d'appeler au retour des coquelicots, abeilles et autres éléments de la biodiversité dans nos campagnes qui de plus en plus ressemblent à des usines à céréales (ou à steaks).  Ce vendredi 5 octobre est jour de mobilisation nationale. N'hésitez pas à vous habiller de rouge ou à afficher vos coquelicots ! 

En photo, en peinture et même au point compté, voici la belle collection à laquelle vous avez contribué cette semaine.

Colette de Dijon

Brizou de Merdrignac

 
Brigitte de Dole
Odile d'Urcy
Alain / Gepetto de Tart-le-Haut

Cécile / Gelice (et les deux suivants également) de Nanterre


Chantal de Loire-Atlantique

Chantal de Dijon

Virginie

Christine de Beaune (et la photo)


Claire de Dijon

Evelyne / Evaquarelle de Fribourg

Emilie (et photo) de Chagny


Nicole / Eulita (et les deux photos) de Normandie


Jackeline de Dijon

Maguy de Chalon/Saône

Maryse de Dijon

Monique

Nadine de Dijon (et suivante)


... et Denise de Dijon

Quel plaisir de retrouver certaines habituées des défis, de recevoir aussi de nouvelles venues. Merci à chacun-e de sa participation joyeuse et inventive ! 

• N'hésitez pas à rendre visite aux blogs ou aux comptes flickr de certain-e-s participant-e-s : 
Gelice
Eulita
Gepetto
Emilie
Evaquarelle
VIrginie

Et je vous rappelle qu'il est toujours temps d'aller manifester ce vendredi 5 octobre à 18h30 : 
https://nousvoulonsdescoquelicots.org/agir-ensemble/
et de signer la pétition si ce n'est encore fait :
https://nousvoulonsdescoquelicots.org/l-appel/