vendredi 30 mars 2018

Tâtonnements

Je vous l'ai dit dans le post précédent : je reprends les pinceaux après plusieurs mois d'interruption. J'hésite, je tremble et je tâtonne. Alors je me suis dit qu'il pouvait être amusant de vous raconter lesdits tâtonnements, histoire que vous ne croyiez pas que l'angoisse de la page blanche est réservée aux novices ! 

Petit récit d'un dimanche après-midi : 


1 - 14h. Ayant découvert dans mes stocks du papier inconnu et non identifiable, mais clairement 100 % coton et de plus en 600 g/m2 (quel luxe), je décide de le tester en me lançant directement en grand format. Oui, j'ai envie de faire de vastes gestes (un grand format, pour moi, c'est du 30 x 40 cm, hein : ne nous emballons pas...) Je sors mes pigments Daniel Smith parce que je viens d'animer un stage avec et que j'ai envie de patouiller un peu, moi aussi. A peine quelques marques au crayon. On y va dans le mouillé !


2 - 14h45. Hmm... : Ce papier ne réagit pas comme je le voudrais : il refuse d'ouvrir des blancs, marque trop vite et manque de netteté. Peut-être n'a-t-il pas été très bien conservé, j'ai l'impression qu'il "boit". Pas grave, je continue, au pinceau et à l'éponge.


3 - 15h30. Ouais, bon :  pourquoi pas ? Je suis assez contente de ma palette (zoïsite, undersea green, gold green, outremer, quinachridone gold), beaucoup moins du papier et de l'imprécision de mon trait. Et puis je suis trop revenue sur les zones, ça brouille encore les contours. Et puis je n'arrive pas vraiment à rendre ce qui me plaisait dans le sujet de départ (une photo faite au petit matin en Auxois, début octobre). Et puis...


4 - 16h30. Après avoir bu une tisane et débattu avec moi-même, je rajoute un "jus" d'or vert (green gold, une merveille) pour rafraîchir le tout et un envol de pigeons pour mieux traduire le sentiment qui était le mien devant ce pré, au matin, la brume se dissipant peu à peu... C'est un peu téléphoné. Mais je me dis que je le referai, sur un papier que je connais (vive le Sennelier !) et d'une main un peu plus sûre. Mais l'après-midi, quoi qu'il en soit, a été bonne ! Une après-midi passée à peindre ne saurait être perdue.

15 commentaires:

  1. tu dis "zoïsite" c'est un mot que je ne connaissais pas . Sera t-il pour la lettre Z du défi ?????C'est vraiment magnifique ces paysages .Bon courage à toi .chantal de L.A

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La zoïsite est l'un des des pigments minéraux mis à l'honneur par le fabricant américain Daniel Smith. Une couleur gris vert, foncée mais peu couvrante, très granuleuse : peindre avec ce type de pigments est une expérience très différente de celle des couleurs traditionnelles, et passionnante !

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé suivre ce pas à pas... On apprend beaucoup à photographier une oeuvre à chaque étape, à l'huile ou à l'aquarelle! J'aime bien ton dernier glacis et sa lumière d'or vert! Beau résultat!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que pour la personne qui peint aussi, pouvoir retracer le pas à pas est riche d'enseignements.

      Supprimer
  3. Excellente méthode de nous offrir un pas à pas et de nous rassurer dans nos hésitations car je trouve le résultat final plutôt pas mal ; j'en adore les couleurs tu le sais bien ! Trouves tu qu'il n'y a pas assez de brume ? Si tu essayais avec de la bière au lieu de l'eau, tu nous dirais le résultat ?
    Bon we de Pâques
    Denise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmmm l'aquarelle à la bière ? on n'a pas encore tenté !
      ;-)

      Supprimer
  4. Coucou Anne,
    Tes tâtonnements nous plongent au final dans un paysage et dans une nature dignes d'un matin de campagne, paupières à peine éveillées ... Un paisible voyage ... J'aime beaucoup.
    Tu n'as rien perdu de ta dextérité de peintre.
    Bon WE pascal Anne, je pense bien à toi.
    Sylvie MIRA

    RépondreSupprimer
  5. Un nouveau papier en aquarelle est toujours un grand moment de découverte et de surprises!!
    J'adore voir cette aquarelle naître petit à petit sous tes coups de pinceaux. Sois rassurée, tes tâtonnements et hésitations ne se sentent absolument pas dans le résultat où je ne vois, moi, que beaucoup de paix et d'assurance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aime bien voir tes cheminements aussi. je trouve ça aussi passionnant que le seul résultat final. L'histoire se raconte...

      Supprimer
  6. Annick de DIJON2 avril 2018 à 18:07

    Lundi 12 MARS : découverte du VERT ZOÏSITE à l'Atelier Bleu ; Ah enfin un très joli vert ........vénitien ?
    dès le lendemain discussion avec "LE" bijoutier de Montbard qui confirme que :
    LA ZOÏSITE : Pierre sérieuse et généreuse, la zoïsite amène l’espoir de l’avenir à la lumière du passé ; favorise la créativité artistique !
    Mais pourquoi Daniel SMITH ne nous a t'il pas appelé avant ?
    et puis ......... le glacis GOLDEN GREEN ....... ! sublime ! évidement il me reste à suivre un cours pour le poser correctement ce jus vert doré !
    On va dire que je suis réconciliée avec le vert !
    A très vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'espoir de l'avenir à la lumière du passé" : je prends, et plutôt deux fois qu'une. Cela me paraît très encourageant et porteur d'un espoir... vert comme le printemps ! Merci Cherannick.

      Supprimer
  7. Merci Anne, merci, pour tes tâtonnements si talentueux pour les noms si poétiques de tes pigments, pour ta présence amicale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Brizou, pour les petits liens qui se tissent ainsi...

      Supprimer
  8. Super intéressante, l'évolution entre tes deux dernières étapes. Ton jus d'or change tout et accompagné du mouvement des oiseaux, la nature se réveille complètement. J'adore ces step by step !
    Bises

    RépondreSupprimer