mardi 10 mai 2016

Y être



Un fond de vallon idyllique, un soleil bienfaisant,
le café du matin qui chauffe sur le primus :
Bouilland, joli village des Hautes Côtes de Beaune, 
se niche au bord du petit ruisseau du Rhoin. 
Depuis les Roches du Chatelet (très beau site d'escalade...), la vue est magnifique. 
Et quel lieu pour un bivouac !

Certes le dessin ne rajoute pas toujours grand chose à la photo en termes de détails, de couleurs ou de lumière...
Certes il est toujours possible de peindre d'après un cliché photographique...



Et pourtant, la différence est là, irréfutable et merveilleuse : 
C'est ce petit matin de soleil passé un pinceau à la main. 
C'est le vent sur ma joue, une fauvette qui s'égosille, 
la cloche qui sonne au moment même où j'esquisse 
la silhouette du clocher.


Etre là.
Juste là. 



C'est cette heure de bonheur partagée, dos à dos,  
à remplir un carnet dont on ne fera rien.  




7 commentaires:

  1. Un moment magique!très jolie vue,je ne connais pas ce petit village :)

    RépondreSupprimer
  2. Un grand moment de bonheur , merci pour le partage .

    RépondreSupprimer
  3. J'ai regardé avec infiniment d'admiration ces aquarelles qui traduisent la beauté de la nature, bien plus qu'une photo! C'est superbe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmmm : je connais de renversantes photos d'insectes, par exemple, qui honorent la nature de bien belle manière...
      (allez voir sur le blog "le jardin de Lucie !")

      Supprimer
    2. Merci Anne pour cette découverte !

      Supprimer
  4. Exactement ! Les aquarelles, croquis et autres peintures ne sont pas faites pour le plaisir de ceux qui les voient mais bien en priorité pour le plaisir de ceux qui les peignent, et même si, d'un point de vue "artistique" elles n'apportent "rien", pour le peintre, elles sont toujours un instant de bonheur et c'est inestimable. Etre là, et peindre.

    RépondreSupprimer