dimanche 18 avril 2010

Tête-à-tête



C'est un petit arbre perdu au milieu des gorges du Tarn. Avec son écorce couleur de cendre, on le jurerait né de ce rocher gris auquel l'arriment de noueuses racines. Une branche par ici, une par là, un léger déhanchement, quelques aiguilles harmonieusement disposées en bouquet : il a l'élégance des bonsaïs. Au premier soleil d'avril, il exhale d'entêtants parfums de résine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire