lundi 28 janvier 2019

Un vieux navet


Deux choux-raves, une branche d'eucalyptus, un chrysanthème, un camélia :  il y a bien là de quoi occuper quelques journées de travail ! J'étais samedi dans l'atelier lyonnais de Vincent Jeannerot, peintre botanique d'un talent immense et tels étaient quelques-uns des sujets proposés. Le coup de foudre ne se commandant pas, j'ai jeté mon dévolu sur un vieux navet un peu fané et tout piqué de vers, et en avant pour l'aventure. 

Il est tout à fait délicieux de se retrouver élève quand on a l'habitude de tenir le rôle du professeur. 
Il est tout à fait passionnant d'écouter et de regarder faire quelqu'un qui maîtrise à ce point son sujet 
(et qui aime à transmettre).
Et il est totalement fascinant de passer une journée en tête-à-tête avec un vieux navet et de n'avoir qu'une envie : s'y remettre !  

Ca tombe bien : je suis très loin d'avoir achevé mon travail : l'aquarelle botanique, on ne le dira jamais assez, est affaire de patience. 



• Vers le site de Vincent Jeannerot, c'est ICI.

 

samedi 26 janvier 2019

Référence : Ernest Pignon-Ernest

Cela fait fort longtemps que j'admire le travail du plasticien Ernest Pignon-Ernest et son sens de la mise en scène dans l'espace urbain. La force de ses dessins au fusain et à la pierre noire, et surtout son occupation éphémère des murs de nos villes, tout particulièrement en Italie (sa série Se torno, présentant Pier Paolo Pasolini grandeur nature revenant sur les lieux de sa vie, son propre cadavre dans les bras, ses Caravage et ses Fra Angelico sur les murs lépreux de Naples...) m'ont marquée durablement.

Une escapade à Bruxelles m'a permis au début du mois de rentrer un peu plus en profondeur dans son travail et sa démarche. Sous le titre "Empreintes", le Botanique exposait de très nombreux dessins ayant servi de base à ses sérigraphies. J'ai découvert à la fois un artiste engagé (ce dont je me doutais), un explorateur très fin des mondes urbains et un extraordinaire dessinateur, dans la lignée des peintres de la Renaissance. Regardez ces esquisses, ces détails à la plume, ces mines de plomb, ces rehauts de gouache... 








Allier ainsi le street-art et les combats les plus modernes à la plus pure tradition artistique, 
voici une démarche passionnante, pour un résultat qui ne l'est pas moins.
A ne pas manquer si vous passez dans le coin (en prenant le temps de visionner le film consacré à son travail de mémoire autour de Pasolini) !




•  lien vers le site de l'artiste : http://pignon-ernest.com/
• lien vers l'annonce de l'exposition, jusqu'au 10 février au Botanique de Bruxelles : 
https://www.brusselsmuseums.be/fr/expositions/ernest-pignon-ernest-empreintes-1

 

jeudi 24 janvier 2019

Nous voulons des...



Plus que jamais et même par temps de neige...

["Nous voulons des coquelicots", appel à la résistance pour l'interdiction des pesticides, 
les actus du mouvement sont ICI]


mercredi 23 janvier 2019

Réveil


Dijon, 6 h 15

Certains matins, la fenêtre ouvre sur un monde devenu subtilement mystérieux...


lundi 21 janvier 2019

Vingt cerises sur vingt gâteaux !


Denise, de Dijon

Pour ce cinquième défi "Façon de Parler", la palme de l'inventivité revient incontestablement à Denise, qui nous a déniché une improbable cerise sur un non moins improbable gâteau, et qui, au passage, a pu travailler le rendu des rochers à l'aquarelle.

Nous retrouvons, sinon, nos amis les chats et les playmobils, une carnettiste avisée, une cerise qui veut se faire plus grosse que le boeuf et, question gâteaux, de quoi ouvrir une pâtisserie ! 

Virginie


Gilles de Dijon

Serge de Dijon

Chantal, de Dijon

Christiane de Dijon

Catherine de Haux

Corinne, de Talence

Odile, d'Urcy

Jean-Claude, de Saône-et-Loire

François, de Dijon

Emilie de Chat - gny

Mounia de Toulouse

Patrice, de Dijon

Christine, de Beaune

Chantal, de Loire-Atlantique

Marie, de Dijon

Marion, de Gap

Agnès, de Dijon

et moi

Bravo à tous, ça fait saliver ! 

Bon... si vous le voulez bien, alors on arrête là avec les fruits, mais pas avec les défis : je vous propose de poursuivre nos défis "façon de Parler" avec des expressions qui mettent en scène des animaux. 
Et pour dans quinze jours (soit pour le dimanche soir 3 février), 
je vous propose d'illustrer l'expression

AVOIR UN CHAT DANS LA GORGE

J'attends vos propositions avec impatience !



vendredi 18 janvier 2019

Critique littéraire


Parue dans "Le Carnet et les instants", revue des lettres belges francophones, 
une très jolie critique, par Charline Lambert, du recueil Iles de la Gargaude
publié aux éditions de l'Atelier des Noyers 
et dans lequel j'illustre un texte de Philippe Mathy. 


 "...Ce recueil est avant tout une invitation, adressée au lecteur et à son regard – invitation au retrait, invitation à entrer dans ce paysage et à y revenir (« Lorsque tu reviendras / je t’emmènerai / aux îles de la Gargaude »). Si les aquarelles tantôt se centrent sur un détail (ainsi de feuilles d’automne, ainsi d’un héron ou d’un martin-pêcheur) tantôt ouvrent sur une vue plus large, les poèmes de Mathy leur répondent (ainsi des « petits bateaux dépos[és] par les arbres » ou d’un « désir de ciel / qui traverse le cœur »). Alors, à l’instar de la pupille,l’être se dilate au gré de ses promenades et de ses arrêts et, ouvrant l’écoute et le regard, s’abandonne à son propre agrandissement...




jeudi 17 janvier 2019

Une généreuse exposition à Dijon

Ces trois prochains jours se tient à Dijon, au Cellier de Clairvaux, l'exposition "Le souffle de l'Art". 


Il s'agit d'une exposition-vente, le principe étant de récolter des fonds pour lutter contre cette terrible maladie qu'est la mucoviscidose. Artistes, sculpteurs, potiers... ont été sollicités et ont donc donné certaines de leurs oeuvres, qui seront donc mises en vente à des prix raisonnables afin de ne pas décourager les bonnes volontés. 

A l'Atelier, plusieurs participent : Denise, Christine, Marie, Agnès, Annick, Serge, Daniel, Patrice et Patrick ont chacun offert une aquarelle. C'est mon cas également. Dijonnais, allez donc faire un tour au cellier de Clairvaux, allez voir leur travail, et, pourquoi pas ? faites-vous plaisir en faisant un beau geste ! 

Le vernissage aura lieu samedi à 11h30. 

Davantage de renseignements en cliquant ICI

 

mardi 15 janvier 2019

Semons du trèfle !


Sauvons les coquelicots, vous vous rappelez, bien sûr ? 

Vous avez peut-être lu un article sur mon blog (par là), et alors, pourquoi pas, signé la pétition en ligne (ICI). E vous avez peut-être rejoint l'un des 676 événements qui regroupaient les amoureux des coquelicots et autres fleurs sauvages le 4 janvier, comme tous les premiers samedis du mois (eh oui : ça tient et ça augmente, même si la couleur jaune a tendance à accaparer les sunlights ces dernières semaines...).

Alors voici une jolie initiative : Natur Miel Association, un regroupement d'apiculteurs de Haute-Garonne, a décidé de distribuer gratuitement et largement des graines de trèfle à qui en fait la demande et s'engage à le semer. Trèfle blanc, gris, incarnat : un régal pour nos pollinisateurs et notamment pour les abeilles menacées d'extinction.

L'histoire est jolie : si j'ai bien compris, une cagnotte lancée pour soutenir l'un des leurs, qu'un épandage de fongicides avait privé de vingt-quatre ruches, leur a permis de racheter une coopérative de graines de trèfle (car il existe des coopératives de graines de trèfle...)  Cliquez LÀ pour en savoir davantage sur l'association.


Le principe est simple : 
- vous envoyez une enveloppe portant vos noms et adresse avant le 17 mars. 
- vous surveillez votre boîte aux lettres. 
- et dès le printemps venu, vous semez !  
L'association vous suggère même (comment résister ?) de joindre à votre enveloppe un message ou un dessin.



Je vous redonne l'adresse : 

NATUR MIEL ASSOCIATION / opération graines de trèfle
508 route de Termes
31800 SAUX ET POMARÈDE




Alors, à vos enveloppes, à vos binettes, à vos sarclettes, 
et vive les abeilles, et vive les amis des pollinisateurs

(P.S. : soyons précise. N'ayant pas d'aquarelle de trèfle dans mes cartons numériques, j'ai illustré cet article d'une petite aquarelle représentant un pied de giroflées quarantaine...)

samedi 12 janvier 2019

De Lamartine à Colette, de l'Ardèche à la Bourgogne : trois jolis stages d'aquarelle pour l'été


Qui dit nouvelle année dit nouveaux stages : 
ceux de l'été sont en train de se mettre en place. 
Pensons au retour des beaux jours et préparons nos échappées belles...

Alors : Êtes-vous plutôt Lamartine ou plutôt Colette ? 
Plutôt Bourgogne ou plutôt Ardèche ? 




Pour découvrir trois propositions de stages de trois jours chacun, 
mêlant nature, histoire et culture, vous pouvez allez voir ICI et

mercredi 9 janvier 2019

Aquarelle pur porc !

Nathalie Wolff est issue des arts décoratifs de Strasbourg. Elle dirige les éditions Total Eclipse.
Dans "1/4 Pfund Auschnitt, 125 g de charcuterie en tranches", en souvenir des tranches de saucisson 
que lui donnait le charcutier du village quand elle était petite fille, 
elle propose sa version aquarellée de charcuteries peintes d'après nature ! 


A retrouver, par exemple, sur les ondes de France Culture dans Les carnets de la création
et à Marseille à l'espace d'exposition GT en février prochain.

Vegans s'abstenir, bien sûr !

 Est-ce que ça ne vous fait pas saliver ?


- Italienische Pfeffersalami – Salami italien au poivre Crédits : Nathalie Wolf
- "Le Bon Paris" • Crédits : Nathalie Wolff


lundi 7 janvier 2019

Dix-huit façons de compter (ou pas...) pour des prunes

 
Corinne, de Talence

Quelle belle ténacité de la part de tous ces valeureux dessinateurs qui relèvent avec élégance, un lundi sur deux, le défi "façon de parler" des expressions ! Le dernier de l'année 2018 (ou le premier de 2019, au choix), toujours sur le thème des fruits, a mis vos pinceaux et vos neurones à rude épreuve : après les pommes, les fraises et le citron, il s'agissait donc de "compter (conter, comté...) pour des prunes".
Au programme à nouveau, des paniers, des assiettes,  des balances, des opérations mathématiques, sans ... oublier une contravention, un jeu de scrabble, une partition, deux demoiselles playmobils, un chat et quelques chevaliers croisés ! Bel inventaire, n'est-ce pas ?

Marie de Dijon

Emilie de Chagny

Gilles de Dijon

Agnès de Dijon

Chantal de Loire-Atlantique

Christine de Beaune

François de Dijon

Denise de Dijon

Jean-Claude, de Saône-et-Loire

Catherine, de Haux

Marion de Gap

Mounia de Toulouse

Odile d'Urcy

Patrice, de Dijon

Serge de Dijon

Virginie

et moi.

Nous allons achever bientôt notre inventaire fruité 
(mais pas de panique, il se poursuivra, si vous êtes partant-e-s, sous une autre forme).
 Alors, pour finir en beauté ce premier chapitre du Défi "façon de parler", 
je vous propose bien sûr de mettre en images

"LA CERISE SUR LE GATEAU"

Les copies sont à rendre pour le dimanche soir (20 h) 20 janvier 2019. 
Publication (et découverte du défi suivant) le lundi 21 au matin.