samedi 3 décembre 2016

Goutte gouttelette... en pas à pas


L'aquarelle étant l'art de l'eau, il est forcément amusant d'essayer de représenter une de ces belles gouttes luisantes que la rosée dépose au petit matin sur les feuilles (ou, pour les réfractaires à la poésie, une de ces sales gouttes que votre pinceau a déposées partout en dégoulinant malencontreusement sur votre table de travail). Poésie ou accident, peu importe, de toute façon, il s'agit avant tout d'un effet d'optique : 


En effet, quand la lumière tombe sur un volume arrondi, l'ombre de modelé et l'ombre portée se rejoignent à l'endroit le plus sombre. C'est le cas de cette pierre : la partie la plus lumineuse prend le soleil, la partie opposée reste sombre.



 Mais dans le cas de la goutte d'eau (qui est également un volume arrondi, mais transparent), la lumière va s'inverser. Ainsi la partie la plus lumineuse de la goutte (si l'on  excepte le reflet) se trouvera au contact de l'ombre, tandis que la partie supérieure, qui prend la lumière, sera extrêmement foncée (de manière générale d'ailleurs, les contrastes sont plus forts que si vous peignez un caillou). On rajoute un petit reflet sympatoche dans l'ombre portée et hop : ça brille et c'est liquide !

Bien entendu, c'est beaucoup plus rigolo de faire ça au pinceau dans le mouillé. Petit pas à pas :


 1 - Après avoir dessiné (léger, et si possible pas l'ombre car le crayon s'ôte difficilement quand le papier a été mouillé), après avoir réservé au drawing-gum, posé très finement, le reflet, la couche de fond se passe sur l'ensemble du sujet. Dans l'humide, tamponnez la surface des gouttes légèrement afin de l'éclaircir un peu.





 2 - Séchage. Puis vous remouillez la surface de chaque goutte et vous posez un dégradé du foncé vers le clair (la couleur ne doit pas arriver jusqu'en bas).






3 - Nouveau séchage. C'est le moment de poser l'ombre projetée, que vous pouvez foncer (recours conseillé à la complémentaire). N'hésitez pas à rééquilibrer le haut de la goutte, en dégradant bien vos retouches. Un petit coup de tamponnage pour l'effet "reflet" dans l'ombre... Il n'y a plus, après un dernier séchage, qu'à ôter le drawing-gum.


Et comme il y a dans l'ensemble, pas mal de temps de séchage, vous pouvez même travailler en série !



Essayez, amusez-vous ! De toute façon, ça donnera toujours mieux que pour moi qui essaie désespérément de réaliser des photographies acceptables par une pauvre fin d'après-midi de décembre... Bon dimanche !

[je vous rappelle que sur la plupart des ordinateurs, si vous cliquez sur une image, l'ensemble des images est proposé en gros plan et en diaporama]

15 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cet exercice...çà me tente de m'y essayer ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'adore ! c'est un exercice passionnant pour des effets surprenants ( qui demande de la pratique ,mais merveilleux ... encore une découverte de l'aquarelle )

    RépondreSupprimer
  3. Whaaaouuuu. Elles sont belles tes gouttes. J'en ai une grosse larme qui coule sur la joue. Vite donnez moi une ombre portée et un petit coup de tamponnage...

    RépondreSupprimer
  4. Rain Drops Keep Falling on my Head!

    Clever painting, Anne

    RépondreSupprimer
  5. Bon, j'ai essayé les gouttes d'eau après les galets !
    Je crois que j'ai besoin d'un peu plus de pratique... (lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça aurait pu fonctionner si je n'avais pas loupé les ombres portées. J'aurais quand même du les dessiner légèrement avant.
      Pas grave, je recommencerai !! (En tout cas ça m'a permis de mieux comprendre les galets)
      Merci :)

      Supprimer
  6. Rhooo génial!!! Merci pour le partage!! Cela donne envie de faire des gouttes partout!! C'est le genre d'élément simplissime qui peut en effet bloquer par sa simplicité, et toi tu l'as super bien expliqué. Bravo!!! On sent la maîtrise de la goutte!

    RépondreSupprimer