jeudi 28 avril 2016

De mon dernier carnet de vacances

 Quelques pages ensoleillées pour combattre 
la météo consternante de ce capricieux avril.

Je me souviens...

... de la vue depuis ma fenêtre à Sienne, 
le matin, au lever du soleil : 


...d'une paisible fin d'après-midi dans un vallon 
en contrebas de la piazza del Mercato :


 ... ou d'un verre en terrasse, piazza de la Cisterna,
 à San Gimignano :


Ainsi sous les frimas, dans la cohue du quotidien,
je me souviens du temps et du lieu.
Et peut-être je rêve à un prochain départ.

 

5 commentaires:

  1. Cette énorme capacité d'évocation du souvenir d'un instant c'est bien pour moi la première qualité des carnets de voyage (pour ceux qui les font).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une fois qu'on y a goûté, on ne saurait plus s'en passer.

      Supprimer