mardi 31 mars 2015

Vézelay


Ces jours-ci, la colline de Vézelay occupe décidément tout autant mes pensées que les murs de mon atelier. 

Les peintures pour l'EXPOSITION commune avec Hervé Espinosa s'accumulent - il va falloir penser à commencer de mettre tout ça sous cadre. 

Et puis, dans un tout autre style, je suis en train de concevoir de petites illustrations à l'encre de Chine pour un LIVRE qui sort - youpi ! joie, joie, joie ! - à la fin du printemps. Il s'intitule Notre-Dame des Ronces, un été à Vézelay et a trouvé sa place dans la belle collection "Ivoire-Littérature" des éditions de La Renarde Rouge.


dimanche 29 mars 2015

Pâques avant les Rameaux






Parce que la pâquerette est la "fleur de Pâques"... et que celles qui ornent la fenêtre de ma cuisine fleurissent allègrement sans jamais avoir jeté un seul oeil au calendrier.

vendredi 27 mars 2015

photo mystère

Mais qu'est-ce donc que ceci ?


Je prépare un peu de matériel pour une après-midi de découverte de l'aquarelle, à l'invitation de l'association "Les Arts au Soleil", à Corcelles-les-Monts, tout près de Dijon.

Indigo et outremer, sépia et ocre jaune : rien de tel que quelques bouchons de bouteilles plastique pour remplacer les godets, emplis d'un peu de couleur en tube (n'oubliez pas de les faire sécher quelques jours sur un radiateur pour que les apprentis aquarellistes échappent à la tentation de la gouache). 

Et rendez-vous demain pour savoir ce que nous allons faire de tout ça ! 


• L'association avait accueilli au printemps dernier les élèves de l'Atelier 
pour une exposition haute en couleurs, voir ICI.

dimanche 22 mars 2015

Coup de gueule

À ceux qui oublient qu'il faut des auteurs pour faire des livres

(lettre ouverte des auteurs français à l'initiative du Conseil Permanent des Ecrivains)


Des revenus à la baisse, des réformes sociales préoccupantes, un droit d'auteur fragilisé par la politique européenne... Les auteurs de livres sont clairement en danger. Et à travers eux, c'est la création éditoriale qui est menacée, dans sa liberté et dans sa diversité.

Des revenus dérisoires
À l’auteur la part la plus maigre

En 2015, les deux tiers des auteurs de livres perçoivent pour l'édition imprimée moins de 10% de droits d'auteur sur le prix public de vente des livres. Pire : un auteur sur cinq est rémunéré à un taux inférieur à 5 %. Ni salarié, ni travailleur indépendant, non seulement l'auteur est souvent payé plusieurs années après avoir commencé à écrire, non seulement il ne perçoit ses droits qu’une fois par an, mais en plus, sur l’œuvre qu'il a créée, il reçoit, dans la répartition de la chaîne éditoriale, la part la plus maigre, ceci dans un manque avéré de transparence.

Rappelons-le, la moyenne des droits perçus par l’auteur est d’1 € par livre vendu, à peine le prix d'une baguette. Il est urgent que soit rééquilibré le partage de la valeur au profit des auteurs, sans lesquels évidemment les livres n'existeraient pas. Face à la stagnation du chiffre d'affaires de l'édition, multiplier à l'infini le nombre de nouveautés, est-ce vraiment la meilleure stratégie ? Avec deux cents nouveaux titres publiés par jour (dimanche compris) comment les auteurs peuvent-ils vivre de leur métier ? Comment les libraires peuvent-ils défendre les œuvres ? Comment le lecteur peut-il s’y retrouver ? La surproduction n’est pas la diversité.

Par ailleurs, dans une économie numérique en plein devenir les droits d’auteur ne doivent pas servir de variable d’ajustement. Il est essentiel que les marges dégagées fassent l’objet d’un nouveau partage dont il n'est pas question que l'auteur soit écarté. Il convient a minima que toute baisse de prix de vente soit compensée par une augmentation des taux.


Quelle protection sociale pour les auteurs ?  
Pourquoi seul l’auteur ferait-il les frais de toute réforme ?

Le projet actuel de réformes simultanées de la sécurité sociale et de la retraite des auteurs a créé des inquiétudes. Il faut qu’une concertation large et ouverte permette de rassurer les auteurs sur les droits qui en résulteront et de respecter la diversité des activités,  des pratiques et des modes de rémunération. Notamment, il importe qu’une réforme d’ensemble des cotisations sociales n’aboutisse pas à une baisse brutale des revenus des auteurs.


Ainsi, la mise en œuvre de la réforme du RAAP devrait se faire progressivement, afin de laisser la possibilité d’en mesurer les effets dans le temps, à la fois sur les revenus des auteurs et sur les droits qu’ils acquièrent. Dans une période transitoire, la possibilité serait ouverte aux auteurs qui le souhaitent de payer une cotisation supplémentaire pour ne pas perdre des droits futurs.

De même, d’autres pistes de financement pour la protection sociale des auteurs de livres doivent être envisagées et étudiées : augmentation de la participation des éditeurs, prélèvement sur les ventes relatives au domaine public du livre et sur le marché du livre d’occasion.


La menace européenne 
Une extension alarmante des exceptions au droit d’auteur

Le droit d'auteur constitue le principe essentiel de la protection des œuvres et celui d'une rémunération juste des auteurs. Il est la condition indispensable d'une création libre, indépendante et diversifiée.

Les risques les plus importants d'une déstabilisation de notre législation viennent de l’actuelle orientation des institutions européennes, dont les objectifs sont incompatibles avec les spécificités économiques et culturelles de chaque pays. Les récentes propositions du rapport Reda visant à étendre le nombre ou le périmètre des exceptions et limitations au droit d'auteur sont alarmantes.

La stratégie communautaire devrait au contraire favoriser le développement dans l'univers numérique de nouveaux modèles et de nouveaux usages, qui respectent les légitimes attentes des publics sans toutefois sacrifier le droit d’auteur. L’absence d’interopérabilité technique constitue le véritable frein à la diffusion des œuvres et à leur accès par le plus grand nombre. Nous nous inquiétons de l'absence totale de responsabilité des grands acteurs d’internet face au développement du piratage des livres.

Et l’Europe aggrave la situation en obligeant la France à relever le taux de TVA sur le livre numérique de 5,5 à 20 %, avec des conséquences néfastes pour les lecteurs comme pour les auteurs.

À force de mettre les auteurs en danger, la création est en péril.  Pas d’auteurs, pas de livres !


samedi 21 mars 2015

Reverdie


 

Il y a eu l'automne et le passage du jaune au brun, 
la perte de lumière de  novembre, 
le dessèchement de l'hiver. 
Tout semblait mort. Déserté. 
Ecorces. Ossements nus.

Et puis voilà que le noisetier se pare d'un vert encore discret. 
Le printemps est là.


(extraits de mon petit projet "un noisetier par mois")

mercredi 18 mars 2015

Colline...

La colline aux éteules, Vézelay.

Dans l'actualité à venir, un lieu domine, pour notre plus grand bonheur : Vézelay. La colline bourguignonne va se trouver au coeur de notre activité, à Hervé et moi. Jugez un peu : 

 • fin mai : sortie de mon nouveau livre, Notre-Dame des Ronces, un été à Vézelay, aux éditions de la Renarde Rouge.
• du 26 juin au 17 juillet : "Célébrations", exposition à quatre mains avec Hervé Espinosa, à la Maison Jules Roy, magnifiquement située juste à l'ombre de la basilique.
• vendredi 25 juin au soir : vernissage, suivi d'une lecture musicale au jardin d'après mes écrits, par Catherine Weissmann et Emmanuel Delorme, "Carnets de voyage". Ils seront accompagnés au violoncelle par Marie-Eve Ronveaux.
• samedi 26 juin (journée) : stage d'aquarelle vézelien par rues et jardins.
• dimanche 27 juin : deuxième stage vézelien.

Un rendez-vous à venir qui contribue à colorer notre présent, déjà, aux couleurs de l'été.


dimanche 15 mars 2015

Work in progress : carnet de printemps



Le temps printanier du week-end ayant été propice à la baguenaude, 
les pinceaux se sont bien vite mis à me démanger : 

et hop, un nouveau carnet, un petit "leporello" spécial printemps !



 En forêt ou au jardin : ça pousse !


Blogosphère : 
- Chez Hervé, même propension du carnet !
- Chez "Ruralité", de très jolies photos de nivéoles capturées par Olivier Bailleux tout près de chez moi, en Bourgogne.

vendredi 13 mars 2015

On ne saurait mieux dire



Une phrase comme celle de Maïakowski suffit presque à justifier l'existence de la poésie. Elle fait en tout cas partie de celles qui m'aident à vivre...

Le printemps des poètes, c'est en ce moment. Cliquez ICI pour voir le programme.  
Et si vous aimez les mots, je confie certains de ceux qui me tiennent à coeur là-bas pas très loin, sur  le blog Still Life.
 

mercredi 11 mars 2015

Barcelone : portes (3)


J'adore, à Barcelone, cette façon joyeuse qu'ont les commerçants 
d'illustrer les rideaux de fer de leurs boutiques.






lundi 9 mars 2015

La blogosphère a les pieds dans la neige


Il faut que je vous dise...


Lors du stage Neige de la semaine dernière, j'ai eu le plaisir d'accueillir  une vieille "amie virtuelle" : Izys, alias Isabelle Zyskind, dont beaucoup connaissent déjà les travaux fantasques et colorés (son blog, ICI)
Depuis le temps qu'on correspondait par courriel et partageait par écrans interposés (rappelez-vous de l'aventure Croquis-Croquons) ! Et bien nous avons eu le plaisir de partager l'esssouflement dans la pente, les tubes de crème solaire, la fondue au bleu de Gex et même, même, samedi matin... la peinture au soleil, sur la terrasse du gîte. 

Alors du coup, nos carnets ont des choses en commun : 


dimanche 8 mars 2015

en direct de la neige (5 et fin)


Cela aura été pour nous la semaine des ombres longues sur la neige



du soleil qui chauffe la peau, des foulées lentes


des chemins que l'on écrit en pas bleus sur la pente blanche


 du travail studieux et paisible dans l'atelier baigné de lumière


une semaine, en somme, toute bleue de soleil.


Pour répondre à vos interrogations lancinantes : 
- OUI il y aura d'autres stages à la Chandoline, en juillet et en août. 
- OUI il y aura un autre stage neige et raquette l'an prochain. 
- Et mon prochain stage d'une semaine a lieu dans moins de deux mois, la première semaine de mai dans un tout autre cadre, près de Saint-Malo.