mardi 13 mai 2014

Pas à pas pour pas de porte


Une porte de plus pour ma collection de souvenirs marocains... Et celle-ci, j'ai eu envie de la partager avec vous dans un petit pas à pas. 
A vos pinceaux !

Palette : 
- deux bleus : l'outremer et le gris de Payne bleuâtre
- trois terres : ocre jaune, sépia et Sienne brûlée
- un beau rouge de cadmium
Papier : Sennelier 300g grain fin
Format : 20x30 cm



1 - Le dessin dûment tracé, je masque au drawing-gum les clous de la porte ainsi que deux détails du mur en haut à droite, et quelques reflets de la borne à incendie et de la boîte à lettres (si tant est que ce soit une boîte à lettres d'ailleurs).

2 - Les premiers glacis sont réalisés dans l'humide de façon à obtenir de jolis effets (ne pas craindre les taches et les auréoles, ce mur n'a pas été restauré depuis longtemps, il est tout sauf lisse : laissez les pigments travailler à votre place - à condition toutefois que vous ayez un papier convenable, par exemple pas du Montval).


3 - Je rajoute des touches de couleur au fur et à mesure du séchage, de façon à multiplier les effets de texture, puis je fixe quelques détails à sec (pierres, stuc) pour achever le mur et le sol.

4 - La porte de bois est réalisée dans l'humide aussi afin d'obtenir un effet de bois délavé. Les zones les plus foncées sont obtenues en ajoutant un peu d'outremer dans le sépia.

4 bis - La grande ombre qui vient de la gauche est dessinée en une seule tache, avec un pinceau chargé d'outremer et de beaucoup d'eau (c'est une ombre, pas une chose, elle doit rester transparente). Ne pas oublier de respecter les décrochements liés aux reliefs sur lesquels elle se pose.


5 - J'aime bien le détail de la borne à incendie qui ajoute une touche de couleur contrastée, plus vive (de façon générale par ailleurs, et je suis sûre que ça se psychanalyse, j'aime peindre les bornes à incendie).  

6 - Pour finir, je bois un thé, je vais chercher le pain, et quand je reviens (importance de quitter son travail des yeux quelques minutes), je rétablis certains contrastes. J'assombris également les clous situés dans l'ombre. Si vous n'avez pas besoin de pain, essayez de vous remettre à fumer, vous pourrez ainsi aller chercher des cigarettes ; l'art suppose quelques sacrifices.




• N.B. : cliquer sur les images permet de les agrandir. 
 • Si les autres portes de ce blog étaient issues de mes propres photos, celle-ci a été glanée sur  internet, voir ICI. En cliquant sur ce lien, vous pouvez ainsi avoir le modèle dont je suis partie.
 

11 commentaires:

  1. Bravo elle est splendide et encore merci pour ce cours en différé mais au combien précieux pour moi et d'autres je suppose .......A+
    Jack

    RépondreSupprimer
  2. Cette porte (avec quelques autres) sera exposée à Corcelles-les-Monts près de Dijon ce week-end (voir post précédent). L'occasion de venir la voir en vrai...

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, je vais essayer de faire ta porte (et comme la boulangerie est juste à côté de la maison mon aquarelle n'aura pas le temps de sécher, et du coup je vais bien devoir aller fumer une cigarette et ce sera ta faute !)

    RépondreSupprimer
  4. quel beau travail !une petite question combien de temps cela te prend pour réaliser ce dessin ? sans compter le pain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci PSV ! Sans compter le pain et la pause clope (que j'ai vertueusement remplacée par une pause "thé vert à la menthe" très adaptée à la peinture de portes marocaines, prends-en de la graine, Charlotte), ça me prend à peu près 4 heures.

      Supprimer
    2. chouette ! ça fait long et en même temps tu es rapide en fait je dis des bêtises car je n'y connais rien ! mais merci pour la réponse ! c'est bien le thé vert c'est mieux que la cigarette !

      Supprimer
  5. J'ai une borne à incendie juste devant chez moi :-). Je n'ai jamais eu l'idée de la photographier. Les modèles récents sont moins beaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Esssayez, Olivier !
      Et puis bon : ici, l'arrière-plan était coquet, quand même...

      Supprimer
  6. Tout arrive à point à qui sais attendre.
    Je retrouve là et sur les autres portes la touche de ton pinceau, bravo !

    RépondreSupprimer
  7. Superbe! J'aime cette lumière délicate et les ombres qui semblent la caresser! Belle ambiance!

    RépondreSupprimer