jeudi 30 mai 2013

Une journée de peinture en Auxois entre bocage et Moyen-Age

La saison 2012-13 va vers sa fin à l'Atelier Bleu.
Pour finir en beauté et en couleur, je vous propose de nous retrouver


le samedi 6 juillet de 10 heures à 18 heures pour

Une journée d'aquarelle en plein air et au Moyen-âge
autour de Châteauneuf-en Auxois (Côte d'Or)



Au programme : bocage, écluses, château-fort, 
vieilles pierres et roses trémières.



Repas tiré du sac.
Tous niveaux
12 personnes maximum

covoiturage possible depuis Dijon

Prix : 40 euros
(20 euros d'acompte, rendus en cas d'annulation pour mauvais temps)


Inscrivez-vous vite, le beau temps arrive ! 



lundi 27 mai 2013

Vous avez dit "carte" ?



"Dessiner une carte", tel était le défi n°19 lancé ce week-end par Charlotte. De la carte du Tendre à la carte de crédit, j'ai finalement opté pour... la CARTE MÉTÉO qui obnubile les Français ces derniers mois. 
Et devinez pourquoi je n'ai pas bordé mon dessin d'une rangée de tongs ?...

Pour découvrir toutes les réponses aux anciens défis, c'est ICI.


vendredi 24 mai 2013

Rendez-vous du week-end

Ce week-end des 25 et 26 mai, je serai au sympathique salon 
"TEXTES ET BULLES" de Damparis, près de Dole (Jura). 


J'y dédicacerai mes livres, bien sûr, au milieu d'une foule de dessinateurs BD, d'illustrateurs et d'auteurs. 
Vous pourrez également y voir exposées une vingtaine de planches originales  
de mon carnet Autour des grandes traversées du Jura.




Le salon, qui se tient au gymnase, est ouvert samedi et dimanche de 10h30 à 19h. 
De Dijon, compter 20 minutes de route.



jeudi 23 mai 2013

De bonnes lectures

On peut être opposé à la suppression du cumul des mandats et avoir néanmoins de saines lectures... Mon amie Clémentine (Mademoiselle Plume) m'envoie une capture d'écran de François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, interviewé dans son bureau du Sénat. 

Et que peut-on voir derrière lui, 
à côté d'un ouvrage consacré à l'artiste Yan Pei-Ming ?



Ha, ha, ha : la gloire n'est pas loin !


mardi 21 mai 2013

Apprentis carnettistes


Aline, Camille, Laura, Agathe, Jeanne, Susie, Matis... ils avaient de 8 à 12 ans et, tandis que la pluie, sur Morteau, se mêlait de neige fondue, ils sont venus mercredi dernier à la médiathèque pour découvrir comment réaliser un carnet de voyage au pays des livres


Car il y a bien des sortes de voyages, et le carnet est un état d'esprit autant qu'un objet graphique. Comment prendre en notes la réalité ? Comment en faire une oeuvre ?  Dans les 10 pages de leur opuscule, on trouve raconté tout ce qu'ils ont vécu cet après-midi-là : acteurs, décor, géographie du lieu, personnages, accessoires...


 On trouve même un portrait de MOI MEME EN PERSONNE, croquée par Matis 
(vous reconnaîtrez le foulard).
Je suis très flattée.



dimanche 19 mai 2013

Deux défis pour le prix d'un


Un peu en retard cette semaine, me voici enfin à ma table, pour répondre à deux défis de Charlotte : celui de cette semaine (le N° 18, sous-traité à Marie) : "votre héros favori de B.D. (roman, film...)". Comme vous pouvez le constatez, pour moi c'est "film"... Je voue un véritable culte à MARY POPPINS. J'aurais aimé rencontrer Mary Poppins; J'aurais aimé être soignée au sirop magique par Mary Poppins. J'aurais voulu être Mary Poppins !

Et puis ci-dessous, le défi précédent (n°17), que je n'ai eu le temps de relever qu'hier : "une main qui travaille". Pour moi c'est parfois une main qui corrige des copies. Et le reste du temps (en ce moment, par exemple), qui devrait être en train de corriger des copies.





vendredi 17 mai 2013

Instantané d'atelier


Puisque je ne peux aller lire au jardin (il faudrait un cache-nez et des bottes en caoutchouc)
je fais fleurir le jardin dans l'atelier qui, ainsi que vous pouvez le constatez, 
est installé dans la bibliothèque.

Ne boudons pas le plaisir d'une longue après-midi de thé et de peinture, 
quand la pluie qui cingle les fenêtres accompagne Mozart sur la platine.


jeudi 16 mai 2013

Les cyclamens de Charlotte

 
Lundi dernier à l'Atelier Bleu, on a copié sur Charlotte !
 L'exercice du jour, un bouquet de cyclamens, était emprunté 
à une jolie carte postale de Charlotte Keraudren 

(oui : la Charlotte des Défis de Charlotte  dont vous pouvez visiter le blog ICI).


A noter que le lundi a lieu le cours des débutantes qui, 
ayant débuté en septembre dernier, 
ne méritent plus tellement ce nom, n'est-ce pas ?!

(Et un petit coucou pour Denise qui passe ici à la manière d'un chat, 
sur la pointe des pattes, tous les matins. Bonne journée, Denise).

mardi 14 mai 2013

Envie de jardins...



 ... de vieilles pierres, de glycines et de roses trémières. 

Envie de retourner en été

Envie de retourner à VÉZELAY. 







dimanche 12 mai 2013

Référence : hommage à Beatrix Potter

Gwaeninog, 1912
La lecture récente d'un excellent roman de Marie-Aude Murail, Miss Charity, me suggère de consacrer un post à la célébrissime aquarelliste et femme de lettres britannique de la vie de laquelle ce livre est inspiré : j'ai nommé Beatrix Potter.

Née en 1866 dans une famille de la bonne bourgeoisie anglaise, Beatrix Potter est l'exemple même de ces femmes fortes et discrètes dont la détermination à prendre leur destin en main, à une époque - l'ère victorienne - où la chose ne leur était guère facile, force l'admiration. 

La jeune Beatrix est élevée à la façon victorienne, à l'écart du monde, par des gouvernantes. Son père, passionné de photographie a cependant pour ami le peintre Millais. Son oncle est un chimiste réputé. Son paradis réside dans le Lake District où ses parents passent les mois d'été, loin des poussières londonniennes. Enfant solitaire, elle se passionne pour la mycologie, la géologie, collecte et dessine fossiles, insectes et plantes.  Elle montre très jeune de sérieuses dispositions pour le dessin et pour l'étude de la nature.

étude de chenilles, Beatrix a huit ans !


Amanites tue-mouches, 1897
 Mais l'époque est impitoyable pour les femmes : ses planches mycologiques, présentées aux Jardins royaux de Kew, sont rejetées, et si ses travaux sur la propagation du lichen sont présentées lors d'une conférence à la Linnean Society, elle n'aura bien entendu, en tant que femme, pas le droit d'y assister !

Son frère Bertram a satisfait sa famille par un "bon mariage". Mais Beatrix reste cette jeune femme réservée qui, au vif désespoir de sa mère, préfère sa table à dessin aux thés mondains et à la chasse aux maris. A l'âge de 36 ans, elle vit encore, célibataire, sous la tutelle de ses parents. La peinture est sa passion et elle réalise à ses heures perdues de charmantes illustrations pour enfants, inspirées de sa connaissance de la nature mais transfigurées par sa vive imagination. Les lapins y portent des vestes, les chatons des culottes et les dames hérissons de petits bonnets tout hérissés de piquants ! Est-ce sa totale dépendance - financière, notamment - qui la pousse ? Une soif de reconnaissance ? Elle vend quelques cartes, imagine un jour une histoire illustrée pour un petit garçon malade... et c'est ainsi que naît The Tale of Peter Rabbit

Edité à compte d'auteur en 1897, c'est un triomphe : tout Londres se l'arrache et elle finit par faire affaire avec un éditeur! De Sophie Canétang à Toto le Minet, de Madame Trotte-Menu à Jérémie Pêche-à-la-Ligne (je donne les titres français) suivront de nombreuses histoires (23 albums au total), toutes nourries de son inlassable observation de la nature et des bêtes. Elles lui apportent un épanouissement, une autonomie et une célébrité auxquels peu de femmes de l'époque peuvent prétendre. L'amour vient avec : elle se fiance à son éditeur, Norman Warne. Hélas, il meurt de façon brutale, d'une leucémie, à peine deux mois plus tard.

de son carnet de croquis, 1905
Nous sommes en 1905. Beatrix Potter a 39 ans. Elle est désormais une femme riche et partant, libre. Pour guérir de sa peine mais aussi parce qu'elle entend suivre sa propre voie, elle part pour sa chère région des Lacs où elle achète une ferme (Hill Top), puis une autre et encore une...

C'est qu'elle a très tôt pris conscience que la pression foncière sur ces paysages (la région est prisée des Londonniens qui transforment les exploitations agricoles en résidences secondaires) est en train de faire disparaître le mode de culture et de mise en valeur traditionnelle qu'elle admire et quelle ne cesse de peindre
C'est là que réside la seconde modernité de Beatrix Potter : à sa mort,  en 1943, elle lègue au National Trust en vue de préservation quatorze fermes ainsi préservées par ses soins. Les amateurs d'histoires d'amour qui finissent bien seront heureux d'apprendre qu'au passage, elle a fini, à l'âge de 47 ans, par épouser William Heelis, notaire de son état et qui partage ses préoccupations environnementales.


Pour en savoir plus :
• Un film délicieux, fidèle à la véritable histoire de Beatrix : Miss Potter, de Chris Noonan, avec Renee Zellweger et Ewan McGregor (2006)
• Un très excellent roman, variation apocryphe de la vie de Beatrix : Miss Charity, de Marie-Aude Murail, est parue chez un éditeur jeunesse, L'Ecole des Loisirs (2009), mais ne dépare absolument pas dans une bibliothèque adulte (la mienne, entre autres).

liens : 

samedi 11 mai 2013

Instants volés (2)

Le soleil se fait rare, ces temps-ci, l'avez-vous remarqué ? 
Il arrive même que la vie soit un peu lourde...

Il ne fallait donc pas le laisser passer,  ce joli rayon de lumière dorée
 tombant sur un iris
en fin d'après-midi, dans le jardin de mes parents.


La peinture était maladroite, mais la photo est réussie. 
Le regard des mères a ce pouvoir, parfois...


mercredi 8 mai 2013

Ours


Dessinez un jouet chéri de votre enfance, nous défiait 
cette semaine Mylène sur le blog de Charlotte. 

Voilà qui est fait : le célèbrissime P.N., mon jumeau (en plus poilu)
nounours chéri, globe-trotteur international 
et grand blogueur devant l'Eternel, 
a trouvé sa place dans mon "Carnet-de-Défis-de-Charlotte".


mardi 7 mai 2013

"A la rencontre de la matière aquarelle"...



...tel était l'intitulé du stage que j'ai animé samedi dernier à Saint-Clément (Yonne), à l'invitation du très actif Atelier des Talents. Le défi : faire découvrir aux élèves (de tous âges) auxquels l'artiste Agnès Hardi enseigne le dessin, les merveilles (et les pièges) de l'art de l'aquarelle. 




En 6 heures bien remplies, les seize participants au stage ont découvert 
en vrac 
les charmes du mouillé,
 la fausse simplicité de l'à-plat, 
les nuances du dégradé 
et la duplicité de l'auréole ! 

Une très belle journée pour moi, touchée par l'enthousiasme et la qualité d'écoute des aspirants aquarellistes. 
 


• Agnès Hardi est une talentueuse créatrice de tissus. 
Vous pouvez découvrir et admirer son travail ici : http://www.agnes-hardi.com
 
• L'Atelier des Talents de Saint-Clément est présidé par l'énergique Alain Crozet. 

• Le prochain stage, sur le même thème et au même endroit, aura lieu le 15 juin prochain.


vendredi 3 mai 2013

Quelque chose de rond ?


Ca, c'est ma réponse (tordue) au défi de Charlotte n°16... 
Cette boîte contient un gros cornichon (Gürcken), à dégainer en cas d'urgence.
C'est une spécialité berlinoise ! 

Et mon schéma prouve assez que, vu du ciel, c'est ROND.