samedi 10 août 2013

Improbable jardin

Installé sur d'anciennes terres maraîchères préemptées depuis une dizaine d'années par la ville et laissées depuis à l'abandon, le POTAGER DES LENTILLÈRES est l'un des plus merveilleux endroits de Dijon. Voici trois ans déjà qu'une poignée d'enragés a entrepris de reconquérir l'endroit. 20 hectares en pleine ville sur lesquels on trouve pêle-mêle un potager collectif, des ruches, un marché de producteurs à prix libre, des parcelles individuelles cultivées par des retraités, des familles ou des passionnés qui testent les principes de la permaculture, ainsi que l'exploitation de jeunes agriculteurs qui veulent s'installer en bio sans avoir jusqu'à présent trouvé de terre.  On y fait des pique-nique, on y donne des concerts et même des bals...
Tout ceci, bien sûr, dans la plus complète illégalité. Le terrain a vocation à devenir un "écoquartier" comme il en pousse partout dans la ville. Pourquoi pas, d'ailleurs, à condition de ne pas s'installer pour ça sur des terres cultivables comme il en existe de moins en moins, l'extension des villes menaçant le potentiel agricole de nos régions. Régulièrement, la ville envoie un bull, creuse quelques trous... bientôt rebouchés par un rang de courgettes ou un fourré de framboises : les plantes poussent vite, aux Lentillères !


Mais franchissez donc la porte. 
Allez vous promener, le soir, dans le lacis des sentiers qui serpentent entre les parcelles. Saluez Antoine les mains dans le purin d'ortie, Chantal qui désherbe les vingt variétés de tomates anciennes sagement alignées, Marcel en train d'arroser. Rendez visite aux abeilles dont une seule ruche a donné la semaine dernière 13 kg de miel, enivrez-vous d'odeurs au jardin des aromatiques. Asseyez-vous un peu et contemplez le soleil qui se couche sur les aubergines, le fenouil, les poivrons, les tournesols et le maïs, les blettes rouges et les choux pointus. Admirez les plessis réalisés lors d'un chantier collectif et qui rythment l'organisation des cultures. Découvrez les parcelles en quadrillage, en rond, en spirale, les cabanes pleines d'inventivité... Prenez un verre et bavardez. Prenez vos pinceaux, peut-être. Il y a ici la vitalité exubérante des choses qui poussent bien. Il y a ici de la simplicité et du silence, des gens qui s'aident et des gens qui se parlent.  Il y a ici quelque chose à entendre. Il y a ici une leçon à prendre.


A suivre... 

Merci à Marion de m'avoir fait découvrir cet endroit cher à son coeur. 
Le blog du potager : http://lentilleres.potager.org/
Le blog des maraîcher-e-s sans terre :  http://jardindesmaraichers.potager.org/


12 commentaires:

  1. Comment est-il possible que l'Administration qui s'occupe toujours de tout et de ce qui ne la regarde pas ne se soit pas manifestée? Quoi, la liberté non encadrée? Quelle horreur!!!
    Et le principe de précaution? Si quelqu'un se coupe avec une herbe tranchante, si une abeille pique un importun, qui est responsable?

    RépondreSupprimer
  2. Jolie bulle de liberté. Je n'en avais jamais entendu parlé !

    RépondreSupprimer
  3. Comme Michel, je m'inquiète. Je suis sure qu'en plus tous ces hors-la-loi s'échangent des graines (interdit) gardées de leur récolte de l'année précédente (interdit)et qu'ils vont manger des légumes non calibrés, sans OGM ni pesticides ? ces gens-là sont des fous irresponsables, éloigne-toi Anne !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi j'ai bien connu le premier "fou" monsieur koenig lorsqu'il me confiait ses enfants lors de stage poterie
      et je lui dois d'avoir reçu l'un des beaux cadeaux de ma vie ,le plus touchant de par sa simplicité : une cagette de légumes...frais cueillis du matin,, aussi beaux à voir qu'à déguster...j'y pense encore... si vous voulez retrouver ces maraîchers, allez donc sur le marché à DIJON ... dile

      Supprimer
    2. Les Koenig ont cultivé ces terres jusqu'à ces dernières années. Ils sont maintenant installés en bio près d'Auxonne... et me fournissent sous forme de panier d'AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne) ma dose hebdomadaire de légumes bio et locaux. Ils vendent aussi sur le marché de Dijon... et j'ai bien l'intention d'aller bientôt peindre chez eux !

      Supprimer
    3. bon je t'accompagne...

      Supprimer
  4. A propos de libération des semences, j'aurais pu / du indiquer le lien vers le site de la formidable et nécessaire association Kokopelli "pour la libérattion des semences et de l'humus". En dépit de multiples tracasseries judiciaires, administratives... Kokopelli milite activement pour la diversité biologique en conservant et commercialisant les semences de variétés anciennes, elle lutte contre les tentatives de breveter le vivant. Un combat essentiel.
    https://kokopelli-semences.fr/

    RépondreSupprimer
  5. Anne, ta prose poétique sur le jardin des Lentillères rend cet endroit encore plus enchanteur qu'il ne l'est déjà !
    Merci pour ce bel article, ça me fait plaisir que cette découverte t'ai plu.
    On y retourne pour peindre et planter des carottes quand tu veux !

    RépondreSupprimer
  6. oui parce que moi j'ai pas pu faire partie du moment de création alors que ça me ferait très plaisir.
    ...juste pour info (c'est 6 ha de friche agricole, et pas 10...mais c'est déjà énorme...et puis c'est pas 13 mais 27 kg de miel pour la première récolte...MIAM...la prochaine c'est samedi prochain).
    Au plaisir de vous rencontrer Anne.
    fanny du Potcole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ces précisions et de votre visite, Fanny. Je suis sûre qu'il y aura d'autres moments, ce lieu est une invitation à saisir ses pinceaux, et courges et potimarrons murissent de façon bien tentante pour la palette ! A bientôt, donc.

      Supprimer