dimanche 28 octobre 2012

Les samedis de l'Atelier : le retour du liseron !

Hier avait lieu le premier "samedi de l'Atelier" de l'année, mini-stage d'une après-midi où l'on prend le temps de mener une peinture à terme sans avoir l'oeil fixé sur l'horloge 
(ce qui est toujours un problème durant les cours de deux heures). 
L'occasion pour Pascal, Claire, Yolande, Odile, Anne-Marie et Catherine de perfectionner leur maîtrise des verts sur mouillé... et pour moi de travailler mon niveau "brioche pour le thé" !


Même si comme d'habitude, chacun trouve "superbe" ce qu'ont fait les autres et "ignoble" ce qui est sorti de son propre pinceau, les résultats sont plus qu'encourageants.
Et je ne dis pas ça parce qu'ils ont une bonne prof !




lundi 22 octobre 2012

Quand je serai petite...


Quand je serai petite, je m'appellerai Camille
Quand je serai petite, il me faudra un coussin 
parce que la chaise sera trop basse. 
Je dessinerai concentrée, des fleurs roses et jaunes au salon Levez L'Encre.
Les gens croiront que c'est moi qui dédicace.
Ils n'oseront pas m'interrompre.
Moi, je ne lèverai pas le nez :  l'aquarelle, c'est sérieux. 


Retour, donc, de Saint-Laurent-sur-Saône.
après un week-end de bavardages, d'échanges avec d'anciens ou de nouveaux lecteurs, des marcheurs, des amoureux de l'aquarelle, ou du Jura, ou de l'Aubrac, ou de Stevenson...
Avec aussi quelques nouveaux livres, pêle-mêle : 
Bonheur Fantôme, d'Anne Percin,  
La verticale de la lune, de Fabienne Juhel,  
Toutes ces vies qu'on abandonne, de Virginie Ollagnier, 
Lisbonne, dans la ville noire de Jean-Yves Loude... 
et derrière chaque livre une vraie rencontre. 

(Et dans Mâcon-Infos, il y avait même mes cheveux en photo !)
 


jeudi 18 octobre 2012

Encore un salon du livre

Retenez que les 20 et 21 octobre (pour tout dire ce week-end) 
je serai présente au salon "Levez l'Encre" de Saint-Laurent-sur-Saône dans l'Ain
en compagnie de plein de beau monde (voir ici le site du salon)

L'église de Chapaize, extrait de mon carnet bourguignon
Je dédicacerai les deux jours à partir de 10 heures, 
et participerai dimanche à 17 heures à une table ronde 
en compagnie de l'écrivain (et tennisman) Denis Grozdanovitch 
et du photographe Hervé Nègre.

L'occasion de venir vous faire dédicacer, si ce n'est déjà fait, 
ma Promenade en Bourgogne du Sud...

Pour les habitants de Mâcon, "il suffit de passer le pont" !


lundi 15 octobre 2012

Au bonheur des mares



Ce week-end, escapade dans le Jura humide, à Remoray (à proximité du lac de Saint-Point)
Premières gelées au petit matin sur la tourbière de Frasnes. 
Le soleil perce la brume... 
Cette impression d'avoir été transporté par mégarde du côté du grand Nord, en des temps de création du monde. 
Il y a des instants, comme ça, dont on se dit qu'on se souviendra longtemps.

(au passage, pour découvrir un gîte d'étape formidable, cliquez ici pour rendre visite à Fred et Christophe, qui tiennent le gîte de la Réserve)


lundi 8 octobre 2012

Blogosphère

White Hydrengeas, by Jane Minter
Depuis plusieurs mois, je me régale et m'émerveille devant les travaux que Jane Minter présente dans son blog Jane Minter's sketchbook. 
Jane travaille en Italie. Elle dessine des pinceaux, des tubes de peinture, des sécateurs, des cartouches d'encre, des tresses d'oignons et des brosses à dents. C'est toujours merveilleux.
Son blog est en anglais ? Pas grave, on peut se contenter de regarder les images, elles sont passionnantes. 
J'espère que Jane ne m'en voudra pas de reproduire ici certaines de ses aquarelles toujours admirablement colorées, avec un travail dans l'humide qui force l'admiration. A rajouter à vos favoris !






mardi 2 octobre 2012

Référence : Carl Larsson


 
Fils de cultivateurs, il a débuté comme retoucheur de photographies. Comme beaucoup d'aquarellistes évoqués ici, il a touché à l'huile avant de se convertir à l'aquarelle : le Suédois Carl Larsson (1853-1919) est l'un des peintres et illustrateurs les plus délicieux que je connaisse. Il faut lire à son propos le récit Sundborn ou les jours de lumière, de Philippe Delerm (Editions du Rocher, 1996), qui me l'a fait découvrir.

Formé à l'Académie Royale des Arts de Suède, c'est lors d'un séjour en France, près de Barbizon, qu'il découvre l'aquarelle.

 
Illustrateur, fresquiste, peintre académique, il se dit socialiste. C'est pourtant comme chantre d'un certain mode de vie scandinave proche de la bourgeoisie qu'il va connaître la postérité.
Dans la communauté scandinave de Grez-sur-Loin où il revient régulièrement, il rencontre Karin, qui deviendra sa femme et son modèle favori, et commence à peindre dans les scènes intimistes, pittoresques, qui vont le rendre fameux.


Ensemble, ils vont bâtir une vie de famille (ils ont huit enfants) à Sundborn, en Dalécarlie, vie magnifiée dans trois albums de Carl : Un Foyer (1899), Une Maison (1905) et Du côté du Soleil (1910) qui connaîtront un extraordinaire succès en Scandinavie et en Allemagne. 


Dessins précis, contours soutenus parfois japonisant, arabesques : le trait de Carl Larsson, toujours proche de l'illustration, est reconnaissable entre tous. Et ses couleurs délicates en font un de mes aquarellistes préférés.