vendredi 10 février 2012

De Catherine Hamilton à Edith Holden


Quelques liserons printaniers,  
que ma Flore identifie d'ailleurs plutôt comme des Calistegia silvatica.  
Le liseron est rosé.

Ce petit dessin, comme le précédent, est recopié d'un  joli ouvrage de Catherine Hamilton, England is a garden,  consacré aux jardins d'Angleterre. 
Tout le charme anglais (au demeurant, l'artiste est néo-zélandaise) dans ces aquarelles délicates, dignes de figurer dans l'album d'une jeune fille de bonne famille, ou dans le journal d'Edith Holden.



Vous souvenez-vous d'Edith Holden, cette lady du temps d'Edward VII ? Son journal fut un véritable best-seller du début des années 80. Quand j'avais douze ans, elle m'a donné tant envie de peindre...

5 commentaires:

  1. Ce que je l'ai copiée cette femme-là ! Et ce que j'ai appris en la copiant (comme quoi, copier peut être tout à fait enrichissant !)

    RépondreSupprimer
  2. quelle finesse... comment tu fais pour aller à l'essentiel comme ça?!

    RépondreSupprimer
  3. je souris, car j'ai le même souvenir, je me revois, presque ado, feuilletant inlassablement ce journal champêtre. Et aujourd'hui, il est toujours une source d'inspiration pour la rédaction de mon propre journal d'aquarelle...

    RépondreSupprimer
  4. J'adore tes liserons.
    Dans le même genre de peinture de fleurs, connaissez-vous Marthe Seguin-Fontes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas cette aquarelliste mais c'est vrai que c'est joli, très proche dans le style. Elle est d'ailleurs, comme Edith Holden, publiée aux éditions du Chêne.

      Supprimer