mardi 19 octobre 2010

Lire, écrire

"En ce qui nous concerne, nous n'avons pour connaître l'homme que la lecture, la merveilleuse lecture qui juge l'homme d'après ce qu'il écrit. De l'homme, ce que nous aimons par-dessus tout, c'est ce qu'on en peut écrire. Ce qui ne peut être écrit mérite-t-il d'être vécu ?"

Gaston Bachelard, L'eau et les rêves, José Corti, p. 14.

2 commentaires:

  1. Justement, ce qui mérite d'être vécu, c'est peut-être ce qui ne peut être écrit ni décrit.
    Vivre l'indescriptible et ne pas en devenir fou!

    RépondreSupprimer
  2. Il est vrai que je préfère l'indescriptible à l'invivable.

    RépondreSupprimer