jeudi 3 juin 2010

In the air

Il y a décidément du chemin dans l'air. Du vagabondage. De la flânerie. Du furtif et du buissonnant... Il flotte dans l'air comme un appel à chausser ses semelles de vent. Ou ses sandales, c'est selon.
Mardi, rencontre avec Alix de Saint-André (l'auteur de l'inégalable polar L'ange et le réservoir de liquide à freins, dont le titre seul mériterait de la faire panthéoniser). Elle venait nous raconter qu'elle est allée à Compostelle à pieds.
Trois fois.
Qu'elle "voulait comprendre" ce qui se passait sur ce drôle de chemin.
Qu'on n'en revient pas intact, et que la transformation n'est pas toujours celle qu'on croit.
Et qu'elle avait écrit, finalement, parce qu'on écrit toujours ce qu'on ne peut pas dire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire